Photovoltaïque wallon: le MR avance son propre texte de report du tarif prosumer à 2025

Photovoltaïque wallon: le MR avance son propre texte de report du tarif prosumer à 2025
Belga

Le MR a élaboré une proposition de décret, à côté du projet du ministre wallon de l’Energie Philippe Henry (Ecolo), pour contraindre le régulateur régional de l’énergie (Cwape) à repousser à 2025 l’introduction d’un tarif d’utilisation du réseau de distribution pour les détenteurs d’une petite installation photovoltaïque (dit « tarif prosumer »). L’information, dévoilée vendredi dans L’Avenir, a été confirmée à Belga.

Ce tarif, défendu par la Cwape, vise à faire contribuer les détenteurs de panneaux aux frais du réseau comme le font déjà les « sans panneaux », ce qui réduirait quelque peu la facture de ces derniers. Le MR, lui, avait promis lors de la campagne électorale d’annuler ce tarif pour soutenir ces petits investisseurs, mais la Cwape ne l’entend pas de cette oreille et défend son autonomie de décision. Tout l’enjeu du texte MR est donc de ne pas toucher à l’autonomie tarifaire de la Cwape et de poser un cadre qui serait compatible avec deux directives européennes.

D’une part, la proposition aborde la problématique sous l’angle des incitants à l’installation du photovoltaïque, qui relèvent d’une « orientation générale » du gouvernement en matière environnementale. Or la directive européenne de 2009 sur la régulation du marché de l’électricité précise que l’exigence d’indépendance du régulateur vis-à-vis du gouvernement est sans préjudice d’une étroite concertation avec le gouvernement qui édicte ce type d’orientation, font valoir les Bleus.

D’autre part, le MR fait appel à la directive de 2018 sur la promotion de l’utilisation de l’énergie renouvelable produite, qui exige que la révision du niveau et des conditions de l’aide accordée aux projets en matière d’énergie renouvelable n’ait pas « d’incidence négative » sur les droits conférés ni ne compromette la viabilité économique des projets bénéficiant déjà d’une aide. Or un tarif additionnel ne peut qu’avoir une incidence négative et un impact sur la viabilité initiale d’un projet, selon les réformateurs.

Le gouvernement wallon attend l’avis du Conseil d’Etat

L’avant-projet de décret du gouvernement, porté par M. Henry, pouvait ouvrir la voie à un report de cinq ans, comme le préconisait la déclaration de politique régionale, mais le texte stipule seulement que la décision du régulateur wallon ne doit pas avoir d’incidence négative significative sur les prix.

Depuis, la CWaPE a confirmé sa volonté de mettre en œuvre le tarif prosumer dès le mois prochain, ce qui conduirait à une hausse de la facture énergétique des détenteurs de panneaux photovoltaïques comprise entre 234 et 346 euros par an pour une installation de 3,5 KWe. Le gouvernement wallon, lui, attend encore l’avis du Conseil d’Etat, où son avant-projet de décret a été envoyé.

Sur le même sujet
Énergie alternative
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  2. Le transport reste le secteur le plus problématique, tirant vers le haut l’évolution des émissions belges de CO
2.

    Climat: les émissions belges de CO2 sont toujours sur la mauvaise pente

  3. Le leader minoritaire démocrate Chuck Schumer, ici face à la presse, a reproché au président une défense si faible qu’il n’ose pas laisser ses conseillers témoigner sous serment.

    Bataille acharnée au Sénat américain sur le format du procès de Donald Trump

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite