Coalition fédérale: le CD&V reste sur ses positions après une nouvelle rencontre avec Paul Magnette

Coalition fédérale: le CD&V reste sur ses positions après une nouvelle rencontre avec Paul Magnette
Photo News

Le CD&V n’en démord pas : la N-VA doit recevoir sa chance dans le processus de formation d’un gouvernement fédéral, a confirmé vendredi le négociateur des chrétiens-démocrates flamands, Koen Geens, sur les ondes de la VRT radio (« De Ochtend »). Le vice-Premier ministre CD&V du gouvernement d’affaires courantes s’est entretenu jeudi soir encore avec l’informateur royal et président du PS Paul Magnette. Ce dernier pousse actuellement l’option d’un gouvernement arc-en-ciel associant les familles socialiste, libérale et écologiste, à l’exclusion de la N-VA mais avec le soutien potentiel du CDH et/ou du CD&V.

Or selon M. Geens, le CD&V ne peut pas prendre un tel virage à l’heure actuelle. « Pour la stabilité du pays, il est important d’avoir une majorité côté flamand », répète-t-il, alors qu’une coalition arc-en-ciel serait largement minoritaire dans le groupe linguistique néerlandophone. Il réclame que la N-VA reçoive sa chance dans le processus de formation. Le parti nationaliste flamand avait déjà été sollicité par le roi Philippe lors de la mission d’information menée en duo par Geert Bourgeois (N-VA) et Rudy Demotte (PS), qui s’était soldée par un échec.

Plusieurs inquiétudes

Le CD&V dit éprouver des difficultés tant concernant le contenu de la note de l’informateur que sur la manière dont les pourparlers sont menés. Avant la rencontre de jeudi soir entre M. Magnette et le CD&V, la dernière remontait au 15 novembre. « Nous ne nous sommes jamais assis avec plusieurs partis autour de la table. Je suis toujours dépendant de ce que les autres disent des autres », se plaint d’ailleurs M. Geens.

Autre grief : la liberté laissée au Parlement pour avancer sur les dossiers éthiques ne convient pas au parti, qui préférerait que les décisions restent à l’initiative du gouvernement. Le CD&V se dit aussi inquiet sur les aspects budgétaires.

Le CD&V se sent « un peu pris de vitesse, à un moment crucial pour notre parti » qui doit désigner ce vendredi soir son nouveau président. Le vainqueur, quoi qu’il en soit, confirmera le point de vue exprimé par M. Geens, assure ce dernier. Car c’est ce qu’a convenu jeudi soir la direction du parti avec les deux candidats restant en lice, Sammy Mahdi et Joachim Coens.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  2. Le transport reste le secteur le plus problématique, tirant vers le haut l’évolution des émissions belges de CO
2.

    Climat: les émissions belges de CO2 sont toujours sur la mauvaise pente

  3. Le leader minoritaire démocrate Chuck Schumer, ici face à la presse, a reproché au président une défense si faible qu’il n’ose pas laisser ses conseillers témoigner sous serment.

    Bataille acharnée au Sénat américain sur le format du procès de Donald Trump

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite