Accueil L’archive

Il y a cinq ans dans le journal «Le Soir» : «Mais qui est Bernard-Massard ?»

Véritable institution grand-ducale, le mousseux Bernard-Massard veut se débarrasser de son image vieillotte. Pour tenir tête au champagne et autres cavas.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

C’est peut-être l’apéritif favori de votre grand-mère. La bouteille qu’elle débouche quand vous venez lui porter vos bons vœux le jour de l’An. Ou alors celle dont votre oncle a fait sauter le bouchon pour la communion du petit. Les clichés accrochés à une marque ont la vie dure. Hubert Clasen, administrateur délégué de Bernard-Massard en sait quelque chose. Pourtant, on chercherait en vain chez cet homme élégant une quelconque trace d’agacement quand on évoque le caractère « vieillot » de la cuvée Sélection, le mousseux vedette de la vénérable maison luxembourgeoise, fondée en 1921 par Jean Bernard-Massard.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en L’archive

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs