Bruxelles: «Il pleut» dans un train de la SNCB (vidéo)

Bruxelles: «Il pleut» dans un train de la SNCB (vidéo)
Twitter - Jeremy Andouard

De l’eau s’est infiltrée par le toit d’un train de la SNCB ce vendredi à Bruxelles, nous indique un porte-parole de la société ferroviaire, Vincent Bayer.

Un journaliste, Jeremy Andouard, a ainsi filmé la scène et partagé la vidéo sur Twitter. « Il pleut », a écrit le journaliste, filmant l’eau qui s’écoule par le toit, formant une grande flaque d’eau et inondant l’entrée du train.

Le train en question a démarré vers 7h30 de Bruxelles-Midi, en direction d’Arlon. « La fuite a été déclarée très rapidement après le départ du train », précise le porte-parole, Vincent Bayer. C’est à Bruxelles-Luxembourg que la fissure a été colmatée. « Cette fuite a entraîné un retard de quinze minutes mais il a été résorbé tout au long, jusqu’à Arlon », indique-t-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Syrie_Repubblica

    Syrie: le papa qui transforme la guerre en un jeu pour distraire sa fillede l’horreur (vidéo)

  2. « Les sociétés installées dans notre pays ont régulièrement besoin de travailleurs étrangers spécifiques », explique Maggie De Block (Open Vld). « Grâce à notre simplification administrative, nous avons raccourci la procédure.
»

    Travailleurs étrangers: le gouvernement corrige le tir sur le permis unique

  3. Dans l’histoire de Mélusine Productions qui a débuté en 1998, « Zero impunity » est le film d’animation hybride le plus engagé à ce jour : il dénonce les crimes sexuels commis dans les zones de guerre.

    Festival Anima: les doigts de fée de l’animation

La chronique
  • Visa pour la Flandre: bons boulets d’Alost

    Ah s’il avait su ! Le nouveau patron de « Chez Lequet » à Liège aurait été faire ses saluts nazis et chanter « heili hailo haila » sur un char dans un cortège de carnaval et pas dans une salle de restaurant remplie de familles venues sacrifier à la tradition des boulets sauce lapin. Parce que dans un char au milieu d’un cortège de carnaval, tout ça, c’est de l’humour. Et l’explication très raffinée du gérant au micro de la RTBF – « On a fait les bièsses. On a exagéré, je regrette mais chacun a son humour » – aurait mieux tenu la route pour expliquer ce qui tenait très peu de la… farce.

    Enfin c’est ce qu’on pense à Alost, où les organisateurs du carnaval s’apprêtent à laisser défiler des chars avec des caricatures de Juifs orthodoxes, avec papillotes, nez crochu, rats et tas d’or, comme ce fut le cas l’an dernier, et cela au nom de l’humour. « Aalst in Zottenland, alles kan en mag » – Alost au pays des fous. Tout est possible et permis : voilà ce qui régit depuis 600 ans ce carnaval où les chars défilent dans les rues devant la foule venue voir jusqu’où « ils...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: on en a tous marre

    Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

    Un constat d’échec

    C’est d’abord un constat d’échec. Après...

    Lire la suite