Edouard Philippe sur la grève générale en France: «Inacceptable de changer les règles en cours de partie»

Edouard Philippe sur la grève générale en France: «Inacceptable de changer les règles en cours de partie»
AFP

Un système de retraites universel « implique la disparition des régimes spéciaux », a réaffirmé vendredi Edouard Philippe, tout en disant sa « disposition totale » à négocier pour élaborer des « transitions progressives » alors que le mouvement de grève se poursuit contre la réforme.

Depuis le perron de Matignon, le chef du gouvernement a précisé qu’il allait présenter « l’intégralité du projet du gouvernement » de réforme des retraites mercredi 11 décembre à midi, au lendemain de nouveaux échanges entre les partenaires sociaux, le haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye et la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn.

Aucune confrontation

« Je le dis tranquillement : la mise en place d’un système universel de retraite implique la disparition des régimes spéciaux. Je ne crois pas que les Français puissent durablement accepter des régimes qui conduisent aujourd’hui certains à partir, alors qu’ils font le même métier, avec un peu plus et plus tôt que d’autres », a insisté le Premier ministre.

Mais sa « logique ne sera jamais celle de la confrontation », a-t-il ajouté, en récusant toute « brutalité » dans la mise en place du futur système.

« Il ne serait pas raisonnable, pas acceptable, pas juste de changer les règles en cours de partie », a ainsi développé le chef du gouvernement, en s’adressant aux salariés de la SNCF et de la RATP. « C’est la raison pour laquelle j’ai indiqué, et je répète aujourd’hui, ma disposition totale pour faire en sorte que les transitions soient progressives », a-t-il souligné, avant de recevoir le nouveau patron de la SNCF Jean-Pierre Farandou et la présidente de la RATP Catherine Guillouard.

« Je crois au dialogue social »

Dans ce cadre, M. Philippe a de nouveau adressé un message aux enseignants pour qui le système universel, « ce n’est pas la baisse des pensions des enseignants ».

Le chef du gouvernement présentera le projet du gouvernement mercredi au Conseil économique, social et environnemental (CESE), instance qui est « la chambre du dialogue social et des corps intermédiaires », a-t-il souligné.

Les images des incidents lors de la grève générale en France

« Je crois au dialogue social », a assuré M. Philippe, en observant qu’il était arrivé « que certains critiquent le gouvernement pour la verticalité avec laquelle il aurait pris des décisions ».

Or, le projet du gouvernement prendra « en compte bien des propositions formulées par les organisations syndicales », a-t-il affirmé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  2. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

  3. Les présidents du PS et du SP.A, Paul Magnette et Conner Rousseau, ont pris part aux vœux de leurs partis et réciproquement. © Belga.

    Les familles politiques unies en apparence dans un pays désuni à l’évidence

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite