Greta Thunberg à la COP25: «Nous ne pouvons pas attendre plus longtemps»

Greta Thunberg à la COP25: «Nous ne pouvons pas attendre plus longtemps»
AFP

Nous ne pouvons pas attendre plus longtemps » car « des gens souffrent ou meurent en raison de l’urgence climatique », a martelé la jeune militante suédoise Greta Thunberg à Madrid avant une marche pour le climat à Madrid destinée à mettre la pression sur les pays réunis à la COP25.

« J’espère sincèrement que la COP25 va aboutir à des choses concrètes », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse commune avec d’autres jeunes activistes.

« Nous ne pouvons pas nous permettre de passer plus de jours sans que des mesures réelles soient prises », a ajouté la Suédoise de 16 ans devenue l’égérie de la défense de la planète depuis qu’elle a lancé en août 2018 des « grèves de l’école pour le climat ».

« Nous faisons grève depuis plus d’un an et globalement, rien n’a changé, la crise climatique est toujours ignorée par les gens au pouvoir », a-t-elle dénoncé

.

« Ce n’est pas une solution durable que des enfants manquent l’école » pour protester, « nous ne voulons pas continuer, nous aimerions des actions de la part des gens au pouvoir », a-t-elle encore dit.

Arrivée vendredi matin à Madrid en train depuis Lisbonne après avoir traversé l’Atlantique en catamaran, Greta Thunberg doit participer à une manifestation à partir de 17h (18h heure belge) pour pousser les pays signataires de l’Accord de Paris, réunis à la COP25, à agir contre le réchauffement climatique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20140610-W4226H

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite