Anderlecht s’intéresse à Toni Lato, un back gauche de 22 ans prêté par Valence au PSV

©News
©News

En ce jour de Saint-Nicolas, Anderlecht s’est offert un premier transfert hivernal : Amir Murillo, un back droit panaméen de 23 ans, qui s’est engagé avec le Sporting jusqu’en juin 2023. « Il est assez rapide, agile, fort et athlétique », a indiqué Michael Verschueren. « C’est aussi, la plupart du temps, un joueur qui recherche une solution footballistique. Dans cette optique, il correspond parfaitement à notre vision. »

Avant de s’engager avec Anderlecht - et après avoir découvert le niveau professionnel avec le club de son pays, San Francisco - , Murillo portait les couleurs des New York Red Bulls avec qui il a disputé deux saisons entre janvier 2018 et octobre 2019. Il a notamment évolué avec Sacha Kljestan qui lui a dit le plus grand bien du RSCA. Ce n’est pas la seule connexion belge de Murillo. À 23 ans, il compte déjà 35 sélections avec le Panama dont la rencontre face à la Belgique lors du Mondial 2018. Ne faisant pas toujours dans la dentelle face aux Diables, il avait hérité de la plus belle occasion du Panama mais s’était heurté à Courtois.

Voilà donc le premier transfert d’un Michael Verschueren qui avait parlé de deux ou trois renforts durant le mercato hivernal en début de semaine. Avec Murillo, le sujet s’est déjà précisé et la suite semble également couler de source pour les Bruxellois. Outre ce back droit, le souhait des dirigeants est de trouver son pendant à gauche et un attaquant. Concernant le poste de latéral gauche, cela n’est guère étonnant quand on a vu les joueurs qui se sont succédé à cette position depuis le début de la saison : Cobbaut, Dewaele, Kayembe et Sardella. Et aucun n’a réussi à convaincre Kompany et Vercauteren.

Lato, une ancienne piste

Et un premier nom circule dans les couloirs de Neerpede : Toni Lato, un back gauche espagnol de 22 ans actuellement prêté par Valence au PSV Eindhoven où il n’a pas encore joué en championnat et… une seule minute en Europa League. Presque étonnant qu’il soit sur la liste de Verschueren sauf que c’était déjà le cas la saison dernière mais aucun accord n’avait été trouvé avec Lato également suivi par Osasuna.

Deux ou trois arrivées dans un contexte financier délicat qui imposent un dégraissage du noyau au mois de janvier. Makarenko, Chipciu, Najar, Musona et Saief peuvent s’en aller alors que la porte à un départ est également ouverte pour Peter Zulj et Adrien Trebel, toujours dans le viseur d’Al-Shabab. Des plans dans le sens des arrivées et des départs qui pourraient évoluer en fonction des matches du mois de décembre et l’évolution dans la course aux Playoffs 1 et le parcours en Coupe de Belgique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  3. FILES-BRITAIN-ENTERTAINMENT-TERRY JONES

    Monty Python: Terry l’enchanteur a trouvé le sens de la vie

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite