D1A: l’Antwerp se promène à Waasland-Beveren et grimpe à la deuxième place (0-4)

D1A: l’Antwerp se promène à Waasland-Beveren et grimpe à la deuxième place (0-4)
Photo News

L’Antwerp s’est imposé 0-4 à Waasland-Beveren vendredi à l’occasion du match d’ouverture de la 18e journée du championnat de Belgique de football. Didier Lamkel Zé (20e, 60e), Dieumerci Mbokani (83e, pen) et Zinho Gano (90e+2) ont du coup propulsé les Anversois à la deuxième place du classement avec 34 points, cinq de moins que le Club Bruges. Beveren (11 points) reste 15e.

Par rapport à la défaite à Charleroi, Arnauld Mercier a effectué trois changements avec Aboubakary Koita, Fiorin Durmishaj et Yuki Kobayashi à la place d’Alexis Gamboa, Din Sula et Matthias Verreth. À l’Antwerp, Laszlo Boloni a apporté cinq modifications : le Roumain a notamment laissé sur le banc Kevin Mirallas, auteur de l’unique but contre Malines, au profit de Lamkel Zé.

Déjà éliminé en Coupe, Beveren a profité de son état de fraîcheur pour porter le danger dans les parages de Sinan Bolat. Mais les Waeslandiens, qui n’ont marqué que 14 goals, n’ont pas fructifié ce moment d’enthousiasme quand Beni Badibanga s’est fait chiper in extremis le ballon des pieds par Ritchie De Laet (8e). Il n’en a pas fallu plus pour que l’Antwerp sorte de son camp. Lucas Pirard, qui n’avait pas encore eu un vrai arrêt à effectuer, a alors eu du travail à commencer sur un coup franc de Lior Refaelov (19e). Sur un échange aérien en un temps, l’Israélien a isolé Dieumerci Mbokani, qui a centré en direction de Lamkel Zé (20e, 0-1). L’excentrique Camerounais en a profité pour sortir une enveloppe de son bas et en retirer un message « LZ7 » qu’il a montré au public.

L’Antwerp avait trouvé le bon rythme mais Mbokani n’a pas exploité une erreur de la défense adverse (31e), Refaelov a loupé sa volée (32e) et Alexis de Sart a expédié le ballon loin à côté (37e). Enfin, Pirard a sorti coup sur coup un tir de Refaelov et une reprise de De Sart, qui avait bénéficié du rebond (41e).

A la reprise, l’Antwerp a repris sa pression et De Laet a directement obligé Pirard a montré qu’il avait une bonne lecture du jeu (47e). Comme les défenseurs waeslandiens n’étaient pas très alertes, Refaelov a causé des soucis à Maximiliano Caufriez et Mbokani a fait passer une mauvaise soirée à Aleksandar Vukotic. Le Congolais a d’ailleurs lancé Lamkel Zé, qui a doublé la marque (60e, 0-2). Mbokani a également pensé à sa première place au Taureau d’Or en transformant un penalty (83e, 0-3) avant de céder sa place à Gano (87e). Ce dernier s’est distingué en ajoutant un dernier but (90e+2, 0-4).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  2. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  3. En 2021, le vainqueur de la Coupe de Belgique ne sera plus automatiquement qualifié pour les poules de l’Europa League.

    Gagner la Coupe de Belgique ne mènera plus automatiquement aux poules de l’Europa League

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite