F1: Max Verstappen remporte le prix FIA de «l’Action de l’année», Alexander Albon et Niki Lauda honorés (vidéo)

F1: Max Verstappen remporte le prix FIA de «l’Action de l’année», Alexander Albon et Niki Lauda honorés (vidéo)
Photo News

Le Néerlandais Max Verstappen a été récompensé par la Fédération internationale automobile (FIA) vendredi lors d’une soirée de gala à Paris. Le pilote de Formule 1, actif chez Red Bell, a reçu le prix FIA de l’Action de l’année» pour son dépassement sur la Ferrari du Monégasque Charles Leclerc au GP de Grande-Bretagne.

Sur le tracé de Silverstone, Max Verstappen avait régalé les fans lors d’une passe d’armes mémorable avec le pilote Ferrari lors du 24e tour en course. L’audacieux pilote néerlandais, 22 ans, a remporté cette distinction pour la 4e fois de sa jeune carrière. Il avait déjà été primé pour un dépassement sur Antonio Giovinazzi à Imola (2014), sur Felipe Nasr à Spa-Francorchamps (2015) et sur Nico Rosberg à Interlagos (2016).

Albon et Lauda également honorés

Le Thailandais Alexander Albon a reçu le prix de «Rookie de l’année», lui qui a terminé 8e du championnat du monde de F1 pour ses débuts. Après avoir commencé sa saison chez Toro Rosso, le pilote de 23 ans a remplacé Pierre Gasly chez Red Bull en cours d’année.

A noter également que Niki Lauda, décédé le 20 mai à l’âge de 70 ans, a été élu «Personnalité de l’année». L’Autrichien, triple champion du monde (1975, 1977, 1984), a été récompensé pour son influence majeure en F1.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  2. Le transport reste le secteur le plus problématique, tirant vers le haut l’évolution des émissions belges de CO
2.

    Climat: les émissions belges de CO2 sont toujours sur la mauvaise pente

  3. Le leader minoritaire démocrate Chuck Schumer, ici face à la presse, a reproché au président une défense si faible qu’il n’ose pas laisser ses conseillers témoigner sous serment.

    Bataille acharnée au Sénat américain sur le format du procès de Donald Trump

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite