Mexique: Pemex confirme une découverte «gigantesque» de pétrole

photo d’illustration
photo d’illustration - EPA

La compagnie pétrolière mexicaine en difficulté Pemex a confirmé vendredi l’existence d’un «gisement gigantesque» d’un demi-milliard de barrils équivalent pétrole (bep), dans le sud-est du pays.

La découverte, qui consiste en des réserves prouvées, probables et possibles, serait la plus grande pour le groupe depuis 1987, où le gisement Sen (536 millions de bep) avait été découvert dans le même Etat de Tabasco, a détaillé Pemex.

Ce nouveau champ de pétrole, baptisé Quesqui, s’étale sur 34 km2.

Pemex espère lancer en 2020 une production de 69.000 barils par jour de pétrole et de 300 millions de pieds cubique de gaz naturel, avec 11 puits. En 2021, elle grimperait à 110.000 barils de pétrole, et 410 millions de pieds cubiques en gaz.

Trois autres champs nouveaux (Cibix, Valeriana et Chocol) sont en cours de développement toujours dans cet Etat de Tabasco, où est né le président Andrés Manuel Lopez Obrador.

Pour se sortir de ses difficultés financières, Pemex, plus grosse entreprise du Mexique, doit absolument relancer sa production, tombée à 1,6 millions de barils par jour contre 3,4 millions en 2004.

L’entreprise a cependant des marges réduites pour investir, plombée par une dette d’environ 100 milliards de dollars.

Le gouvernement de Lopez Obrador, au pouvoir depuis décembre 2018, a investi quelque 10 milliards de dollars pour redresser les comptes de ce groupe considéré comme stratégique. Mais les problèmes sont loin d’être résolus: rien qu’au troisième trimestre, Pemex a accusé une perte nette 4,6 milliards de dollars.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur la chaussée de Haecht, épicentre de la communauté belgo-turque de Bruxelles, on affiche aux les couleurs du drapeau.

    Saint-Josse: en «petite Anatolie», la déloyauté à Ankara reste un risque à prendre

  2. Le port du masque est désormais obligatoire pour chaque activité extérieure - ici, un vendeur de poissons et de tortues à Wuhan.

    Coronavirus: «On doit être vigilants, mais pas inquiets»

  3. «
Entre les peshmergas (photo) et l’armée irakienne, l’Etat islamique. Qui est en train de se réorganiser.
»

    Tels des ours sauvages dans les tanières de l’Etat islamique en Irak

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite