Chili: manifestations et violences au 50e jour de crise sociale

Chili: manifestations et violences au 50e jour de crise sociale
AFP

Des milliers de personnes ont manifesté vendredi à Santiago, et des heurts ont eu lieu en marge des défilés, au 50e jour d’une mobilisation qui ne faiblit pas dans ce pays traversant la pire crise sociale des ces dernières décennies.

Comme chaque vendredi depuis le 18 octobre, premier jour d’un mouvement de protestation au départ provoqué par la hausse du ticket de métro, des milliers de personnes se sont retrouvées en centre-ville dans une ambiance bon enfant, faites de chants, de danses à grand renfort de trompettes et de tambours.

Des manifestants ont brandi un énorme drapeau chilien où un oeil fermé avait été dessiné, symbole des quelque 300 personnes blessées aux yeux par des tirs de la police au cours des dernières manifestations.

A proximité de la place, des manifestants armés de pierres ou de cocktails molotov se sont affrontés à la police, qui les a dispersés avec des gaz lacymogènes et des canons à euau.

Et plus tard dans la soirée, des barricades ont été érigées aux alentours de la plaza Italia, épicente des manifestations depuis le 18 octobre.

Depuis le début de cette crise sociale au Chili, 23 personnes ont été tuées et l’économie a été durement atteinte, avec une chute de l’activité de 3,4 % en octobre sur un an, selon le gouvernement.

Pour tenter de couper court à cette vague de protestations sans précédent dans l’histoire récente du Chili, le gouvernement a mis sur la table 5,5 milliards de dollars pour stimuler l’économie. Il a également annoncé une hausse des retraites, allant jusqu’à 50 % pour certaines catégories, et une prime exceptionnelle en faveur d’un million de familles.

Les Chiliens protestent contre les inégalités qui règnent dans un pays à l’économie prospère et où l’Etat est selon eux défaillant dans les domaines de l’éducation, de la santé et des retraites.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGA

    Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

  2. PHOTONEWS_10798099-022

    Le PS bruxellois a osé exclure Emir Kir

  3. Conner Rousseau ne porte pas un pull à capuche uniquement pour une question de confort. Le président du SP.A a lancé sa propre ligne de vêtements au profit des centres de préventions pour le suicide. Ces derniers sont menacés par les mesures d’économies du gouvernement flamand. © Pierre-Yves Thienpont.

    Conner Rousseau (SP.A) au «Soir»: «Des élections? Ce serait la fin de la Belgique!»

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite