«La transition énergétique va entrer chez tous les Bruxellois», selon Marie-Pierre Fauconnier, CEO de Sibelga

Marie-Pierre Fauconnier
Marie-Pierre Fauconnier - Belga

Nous avons à l’horizon 2025, une vision très ambitieuse pour Bruxelles... Premièrement, nous imaginons que tout le bâti bruxellois sera soit passif, soit à très faible consommation énergétique, ce qui nous impacte directement, puisque 90% des Bruxellois se chauffent au gaz», annonce samedi Marie-Pierre Fauconnier, CEO de Sibelga dans les colonnes du journal L’Echo où elle dévoile son plan de stratégie pour le gestionnaire des réseaux de distribution de gaz et d’électricité bruxellois.

«Deuxièmement, les 118 quartiers de la Région bruxelloise seront, en tout cas pour ce qui concerne la clientèle résidentielle, quasiment autonomes en matière de production et de consommation d’électricité verte», poursuit la directrice générale.

Enfin, il n’y aura plus aucune voiture individuelle: «tous les véhicules seront partagés, autonomes et 100% verts».

Une vision qui ne se réalisera pas nécessairement, précise la patronne de Sibelga, mais qui fixe un cap. «Cela nous permet de voir comment, au-delà de notre métier de base, qui est de distribuer le gaz et l’électricité et d’assurer l’éclairage public, nous pouvons évoluer pour soutenir les mesures d’efficacité énergétique, la production d’énergie renouvelable et la mobilité durable. Nous voulons faire entrer la transition énergétique dans toutes les maisons et les entreprises bruxelloises. C’est notre credo», ponctue-t-elle.

Sibelga a traduit cette vision dans un plan stratégique 2020-2024, qui a été validé il y a quelques semaines par ses actionnaires, les communes bruxelloises. Un plan qui comprend 15 projets qui devraient être implémentés durant cette période, même si certains doivent encore faire l’objet d’analyses.

A titre d’exemple, le gestionnaire du réseau compte partager ses actifs, comme les lampadaires ou les cabines, avec une série d’acteurs. «Sur les lampadaires, il est possible d’installer des capteurs pour le bruit ou la qualité de l’air. On peut aussi utiliser ces lampadaires comme bornes de recharge pour les véhicules électriques», relève Marie-Pierre Fauconnier.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous