La Commission des Litiges d’appel confirme l’annulation du transfert du joueur du Standard Da Silva Moreira au Lierse

La Commission des Litiges d’appel confirme l’annulation du transfert du joueur du Standard Da Silva Moreira au Lierse
Photo News

Diego Da Silva Moreira, un talent de 15 ans qui évolue au Standard, a vu l’annulation de son transfert vers le Lierse Kempenzonen confirmée vendredi par la Commission des Litiges d’appel de l’Union belge de football (RBFA). Les «raisons urgentes» invoquées par le clan du joueur, qui n’est autre que le fils de l’ancien joueur du Standard Almani Da Silva Moreira, pour justifier son coup de force n’ont définitivement pas été retenues.

Moreira avait signé au Lierse

La Commission des Litiges d’appel n’a donc pas trouvé de raisons de changer le verdict déjà rendu fin octobre. «Le simple fait qu’un joueur veuille s’en aller ne suffit pas. Dans ce cas-ci, on ne comprend pas l’intérêt du joueur pour ce club, d’un niveau inférieur au sien et situé loin de chez lui», peut-on lire dans le jugement.

Diego Da Silva Moreira avait signé un contrat le liant au Lierse Kempenzonen (D1 amateurs) le 1er octobre. Mais le Standard avait fait opposition auprès de la Commission des Litiges trois jours plus tard.

Les «Rouches» contestaient, ou en tout cas se posaient des questions, au sujet de ces «raisons urgentes». S’agissant d’un mineur d’âge, l’Union belge se montre très pointilleuse.

Justification « trop vague »

Le joueur qui a la double nationalité belge et portugaise, avait déclaré ne pas se sentir bien au Standard, où la constante pression qui pèse sur lui l’indispose.

Trop vague, comme justification, selon la Commission des Litiges, qui s’est demandée pourquoi le Lierse Kempenzonen n’a pas tenté de conclure régulièrement ce transfert en temps opportun.

Le Lierse Kempenzonen avait promis au joueur qu’il s’entraînerait quatre fois par semaine avec les espoirs, et jouerait un match le week-end. Mais les parents ne voulant pas déménager, cela impliquerait plus de mille kilomètres de déplacement par semaine. Mauvais pour le développement intellectuel et l’intérêt sportif du mineur», a précisé la Commission des Litiges dans les attendus de son verdict.

Le Standard a en outre porté à la connaissance de la Commission que le père du joueur était en relation épistolaire avec Benfica en vue d’un transfert au Portugal. La Commission souligne qu’il n’entre pas dans ses attributions de le vérifier, mais qu’il y a en revanche visiblement des raisons objectives de prendre cet argument en considération.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. La Fédération est très fertile en chorégraphies - ici, «
Le chant des ruines
», dernière création de Michèle Noiret présentée à la Biennale de Charleroi Danse.

    Arts de la scène: le public wallon a-t-il peur de la danse?

  3. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite