European Film Awards: «La Favorite» repart avec 8 prix, dont celui de «Meilleur film européen»

European Film Awards: «La Favorite» repart avec 8 prix, dont celui de «Meilleur film européen»

La Favorite», film déjà multiprimé notamment aux Oscars, aux Golden Globes et à la Mostra de Venise, s’est distingué comme «Meilleur film européen» lors de la 32e cérémonie des European Film Awards (EFA), samedi à Berlin. Le long métrage du Grec Yorgos Lanthimos, qui n’était pas présent dans la capitale allemande, a par ailleurs raflé sept autres trophées, à savoir ceux du «Meilleur réalisateur», de la «Meilleure actrice» (Olivia Colman), de la «Meilleure comédie», de la «Photographie», du «Montage», des «Costumes» et des «Coiffures/maquillages».

Dans la catégorie «Meilleur film», «La Favorite», autour d’une course au pouvoir durant le règne de la reine Anne d’Angleterre, concourait face à «J’accuse» de Roman Polanski, «Les misérables» de Ladj Ly, «Douleur et Gloire» de Pedro Almodóvar, «Benni» de Nora Fingscheidt et «Le Traître» de Marco Bellocchio.

«La Favorite» a par ailleurs permis un nouveau sacre pour la Britannique Olivia Colman pour son interprétation de la reine Anne de Grande-Bretagne et d’Irlande, qui lui avait déjà valu un Oscar et un Golden Globes.

La Belgique repart bredrouille

Alors qu’elle était nommée dans quatre catégories par le biais de trois coproductions et du film « Girl » de Lukas Dhont, la Belgique est repartie bredouille samedi de la 32e cérémonie des European Film Awards, qui se déroulait cette année à Berlin. Prix de la découverte européenne lors des EFA 2018 et multiprimé à Cannes la même année, « Girl », qui retrace le parcours en danse de Lara alors qu’elle est née dans le corps d’un garçon, s’est incliné pour le Prix du Public face à « Cold War » de Pawel Pawlikowski.

Côté comédie, « Tel Aviv on Fire » de Sameh Zoabi, coproduit par la société belge Artémis Production, n’est pas parvenu à se démarquer face à « La Favorite », dernière réalisation du Grec Yorgos Lanthimos, grande gagnante de la cérémonie avec 8 récompenses dont celle suprême du « Meilleur film européen ».

Grand Prix au dernier festival de Cannes, la coproduction « Atlantique » (Frakas Production) de la Franco-Sénégalaise Mati Diop a quant à elle été coiffée au poteau dans la section « Prix de la découverte européenne » par « Les misérables » de Ladj Ly.

Autre déception belge de la soirée pour « L’extraordinaire voyage de Marona » d’Anca Damian (coproduit par Mind Meets) qui a vu l’award de la meilleure animation aller à « Buñuel dans le labyrinthe des tortues » de Salvador Simó.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM ROYALS PATERNITY TRIAL

    À avoir trop de pères, Delphine Boël n’en a eu aucun

  2. L’anglais est aujourd’hui l’une des... 24 langues officielles de l’UE. Avec, tout aussi officiellement, un seul et unique «
sponsor
», parmi les Vingt-Huit
: le Royaume-Uni. Et pourtant, la sortie du Royaume-Uni n’entraînera pas la disparition automatique de l’anglais de la tour de Babel européenne.

    Union européenne: Exit, la langue anglaise? Not at all! *

  3. L’affiche originale de Magritte et le trophée imaginé par Xavier Lust. © Charly Herscovici c/o sabam et Xavier Lust.

    Magritte, fan de cinéma et photographe pour le plaisir

La chronique
  • Lettre du Brexit: Cela fait bizarre d’écouter un opéra sans voix

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite