Anderlecht: «Des doutes sur le staff médical»

Anderlecht: «Des doutes sur le staff médical»
Belga

Les Bruxellois devront montrer autre chose à leurs supporters par rapport à leurs deux dernières sorties en championnat. Car dimanche dernier, Anderlecht a coulé à la Côte en s’inclinant 3-2 face à Ostende, une semaine après avoir sorti une performance bien terne face à Courtrai à domicile (0-0).

Ces deux prestations ont eu le don d’ulcérer les supporters des Mauves qui ont d’ailleurs rencontré la direction anderlechtoise en début de semaine par l’intermédiaire de leur Fan Board. Une première réaction a eu lieu en Coupe contre Mouscron ce jeudi. Mais désormais, les joueurs anderlechtois vont devoir confirmer en championnat les bonnes intentions qu’ils ont laissées entrevoir au Canonnier.

« Ce qu’on reproche, c’est qu’il n’y avait aucune envie lors des matches face à Ostende et Courtrai », explique David, un fidèle supporter. « Contre le KVO, il y a certes eu une erreur défensive en tout début de match, mais il n’y a eu aucune réaction par la suite. Il n’y avait aucune agressivité chez nos joueurs. C’est cela qui a mis les fans en rogne. On a également demandé à la direction qu’une équipe-type se mette en place. Car on n’y voit plus très clair. Il y a toujours des expérimentations, des joueurs qui arrivent et puis qui disparaissent. On aimerait aussi qu’on ait notre propre système de jeu. Car on s’adapte trop aux adversaires. Or, on n’a jamais fait cela dans le passé. »

« L’espoir est encore là »

Ce qui est certain par contre, c’est que les Mauves vont devoir se passer de Vincent Kompany qui s’est blessé, pour la troisième fois de la saison, du côté de Mouscron. « Les supporters sont très fâchés par rapport à cette blessure », poursuit David. « Beaucoup commencent à avoir des doutes sur le staff médical et se demandent si on ne l’a pas fait jouer trop tôt. Et puis, d’autres joueurs comme Bakkali ou Dimata sont blessés depuis des mois et il n’y a que très peu d’informations qui filtrent sur leur état de santé. »

« Mais on est encore à fond derrière Vincent Kompany », ajoute pour sa part Vivian, un autre abonné anderlechtois. « Il y a encore une lueur d’espoir. Tant que mathématiquement c’est possible, on continuera à y croire. »

La route pour s’ouvrir les portes du top 6 semble toutefois encore très longue, surtout que le calendrier des six prochains matches s’annonce démentiel. En effet, les Mauves rencontreront successivement Charleroi, le Standard, Bruges (en Coupe), Genk, l’Antwerp et à nouveau Bruges. Une victoire face aux Zèbres permettrait à coup sûr aux Mauves d’aborder la suite de ce programme très corsé de manière plus sereine.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite