Accueil Société

La voiture cède lentement du terrain: des différences importantes selon les régions

La part modale de la voiture s’effrite lentement. Il y a vingt ans, elle était de 67 %. Elle est de 61 % en 2017.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Cela n’étonnera personne : la voiture reste le moyen de transport ultra-dominant en Belgique. Mais depuis 20 ans, elle cède progressivement du terrain face aux autres modes de déplacement. Le Soir a pu prendre connaissance de Monitor, la troisième grande enquête de mobilité réalisée par le ministère de la Mobilité en collaboration avec l’institut Vias. Les transports en commun et les modes actifs (le vélo et la marche à pied) prennent des couleurs.

1

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par Bricourt Noela, vendredi 17 janvier 2020, 17:58

    Ma gare est en ruine, non chauffée pendant l'hiver. Le plus souvent les trains qui me permettent de me rendre dans de grandes villes sont très anciens et même vétustes.

  • Posté par Platteau Olivier, jeudi 16 janvier 2020, 17:52

    Fait marrant: cet article est mis avec des articles sur le salon de l'auto :-) Réflexion: le train est loin de rivaliser avec la voiture, pas assez d'offres, les petites gares de village ont disparues (dans le mien, il y avait 2 gares), les lignes ferrovières ont été détruites, ... sans parler du prix du train, retards fréquents, annulation de train, grèves, vol de câbles, ...

  • Posté par BOERAEVE PHILIPPE, mercredi 11 décembre 2019, 21:48

    Rien dans le titre ne laisse présager que le recul de la voiture est en termes relatifs. Le lecteur cycliste que je suis rêve déjà d’un « terrain » où la voiture n’est plus dominante. Déception à la lecture de l’article : en termes absolus, le nombre de voitures sur le terrain augmente… Un tel titre à la Une n’est pas des plus heureux !

  • Posté par Willemart Alain, lundi 9 décembre 2019, 12:51

    Tout est fait à Bruxelles pour dégoûter davantage l'automobiliste. Mais celui-ci n'est pas dégoûté car il n'a souvent pas le choix, l'offre de transport alternatif étant insuffisante. Résultat: le réseau se réduit, et la congestion augmente. Merci bien.

  • Posté par Bricourt Noela, lundi 9 décembre 2019, 11:31

    Sans nuance. Plus la bonne vieille culpabilité. C'est qui Moniteur? Enquête payée par qui? Commandée par qui? Réalisée dans quelles conditions?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs