Coalition fédérale: la journée de lundi sera un tournant avec le nouveau rapport de Paul Magnette au Roi

Coalition fédérale: la journée de lundi sera un tournant avec le nouveau rapport de Paul Magnette au Roi
Photo News

Paul Magnette rencontrera le roi lundi après-midi, à 15h30, pour lui remettre son troisième rapport depuis sa nomination en tant qu’informateur. Au bout d’un peu plus d’un mois de discussions secrètes, dont certains pans ont tout de même filtré, quel bilan dressera-t-il de sa mission ? Estimera-t-il avoir jeté des bases qui pourraient conduire à la formation d’un arc-en-ciel élargi ou demandera-t-il au roi de passer la main ? Et dans ce cas, à qui ?

Si ces questions restent pour l’heure sans réponse officielle, différents scénarios se dessinent, selon l’attitude qu’adopteront l’Open Vld et le CD&V. Les deux partis flamands restent en effet au centre des tractations en vue de constituer un gouvernement fédéral, qui serait quoi qu’il en soit minoritaire au nord du pays si la N-VA en reste exclue.

Une option que continue à rejeter le CD&V. En fin de semaine passée, le vice-Premier ministre Koen Geens, négociateur au fédéral pour les chrétiens-démocrates flamands, a ainsi redit qu’une majorité en Flandre était nécessaire à la stabilité du pays. Ce dimanche, sur le plateau de RTL-TVI, Sammy Mahdi, le candidat malheureux à la présidence du parti, n’a pas dit autre chose. « Dans un premier temps, il faut essayer d’avoir une majorité dans les deux communautés du pays », a-t-il martelé.

Or, même un arc-en-ciel élargi, composé des familles socialiste, libérale et écologiste auxquelles s’ajouterait le CD&V, compterait 88 sièges sur 150 à la Chambre mais seulement 42 sièges sur 89 dans le groupe linguistique flamand. Balayée par le CD&V, cette option suscite également des remous au sein de l’Open Vld où des divisions apparaissent entre ceux qui se verraient bien dans une coalition arc-en-ciel et les autres qui plaident pour une « majorité forte », gage de « stabilité » pour le pays, et qui voudraient voir Bart De Wever « mettre les mains dans le cambouis ».

L’homme fort de la N-VA a rencontré Paul Magnette samedi soir à Anvers. Une rencontre de politesse qui n’aura permis à l’informateur que de « cocher une case supplémentaire sur sa ’to do’ liste », a estimé le chef de file des nationalistes flamands à la Chambre, Peter De Roover. Dit autrement, 6 mois après les élections, le fossé entre les 2 partis semble toujours aussi grand.

« Une urgence à avoir un gouvernement »

Pourtant, « il y a une vraie urgence à avoir un gouvernement », a de son côté réaffirmé dimanche, sur le plateau de RTL-TVI, le nouveau président du MR, Georges-Louis Bouchez. « Mais si quelques tours de discussions supplémentaires sont nécessaires, nous le ferons. Le monde ne s’arrêtera pas après la rencontre de ce lundi entre Paul Magnette et le Roi », a-t-il ajouté.

Pas question, néanmoins, « de perdre du temps pour le plaisir d’en perdre ou de nommer quelqu’un pour le symbole », a-t-il poursuivi en soulignant que les libéraux « ne ferment aucune porte ». Dans les discussions relatives à la formation d’un gouvernement fédéral, « nous sommes équidistants : avec la N-VA ou sans elle, avec Groen ou sans. Pour nous, ce qui compte, c’est le projet », a conclu M. Bouchez.

Quant aux autres formations francophones, c’était silence radio ce week-end.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur la chaussée de Haecht, épicentre de la communauté belgo-turque de Bruxelles, on affiche aux les couleurs du drapeau.

    Saint-Josse: en «petite Anatolie», la déloyauté à Ankara reste un risque à prendre

  2. Le port du masque est désormais obligatoire pour chaque activité extérieure - ici, un vendeur de poissons et de tortues à Wuhan.

    Coronavirus: «On doit être vigilants, mais pas inquiets»

  3. «
Entre les peshmergas (photo) et l’armée irakienne, l’Etat islamique. Qui est en train de se réorganiser.
»

    Tels des ours sauvages dans les tanières de l’Etat islamique en Irak

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite