Coalition fédérale: Sophie Wilmès juge les notes de Paul Magnette «trop à gauche»

Sophie Wilmès
Sophie Wilmès - Photo News

La Première ministre Sophie Wilmès, qui est également négociatrice du MR pour la formation d’un gouvernement fédéral, a fait état lundi de « progrès » dans le travail effectué par l’informateur royal, Paul Magnette, qui doit remettre dans l’après-midi son troisième rapport au roi Philippe.

« On a progressé entre les notes » successives déposées par M. Magnette – qui est aussi président du PS –, a-t-elle affirmé sur la radio Bel-RTL, dont elle était l’invitée matinale.

Selon Mme Wilmès, les textes distribués par l’informateur « ont évolué » au fil des versions successives, mais « pas suffisamment ». « Ils sont encore trop à gauche », a-t-elle souligné, en affirmant que la réponse du MR à ce stade est « non » à une entrée dans une coalition gouvernementale.

La Première ministre démissionnaire a précisé qu’une coalition fédérale arc-en-ciel (unissant les familles libérale, socialiste et écologiste) serait trop étriquée. « Septante-six (sièges) sur 150 (que compte la Chambre), ce n’est pas suffisant », a-t-elle dit.

Mme Wilmès a dès lors jugé qu’il était trop tôt pour passer à la phase de formation d’un gouvernement, la situation n’étant « pas mûre ».

Elle s’est toutefois refusée à préjuger de la décision que prendra le Roi à l’issue de l’entretien prévu à 15h30 avec l’informateur.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur la chaussée de Haecht, épicentre de la communauté belgo-turque de Bruxelles, on affiche aux les couleurs du drapeau.

    Saint-Josse: en «petite Anatolie», la déloyauté à Ankara reste un risque à prendre

  2. Le port du masque est désormais obligatoire pour chaque activité extérieure - ici, un vendeur de poissons et de tortues à Wuhan.

    Coronavirus: «On doit être vigilants, mais pas inquiets»

  3. «
Entre les peshmergas (photo) et l’armée irakienne, l’Etat islamique. Qui est en train de se réorganiser.
»

    Tels des ours sauvages dans les tanières de l’Etat islamique en Irak

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite