Zone de basse émission à Bruxelles: comment vérifier si votre voiture pourra toujours circuler

Zone de basse émission à Bruxelles: comment vérifier si votre voiture pourra toujours circuler
Le Soir

Des panneaux lumineux ont commencé à fleurir dans la capitale pour prévenir les plus distraits : à partir du premier janvier, les voitures diesel de norme Euro 3 et immatriculées avant le premier janvier 2006 ne pourront plus circuler en région bruxelloise. Le calendrier déterminé par les autorités publiques suit son cours et son ampleur grandit : cette fois, près de 47.000 véhicules sont concernés par la nouvelle interdiction.

Afin que chaque automobiliste puisse s’assurer que son véhicule peut circuler, une plateforme a été mise en place par différentes instances bruxelloises, dont Bruxelles Mobilité et Bruxelles Environnement.

Il suffit d’entrer son numéro de plaque d’immatriculation et la date de la première immatriculation.

Zone 30 généralisée

Dans un but similaire, à partir du 1er janvier 2021, le 30 km/heure deviendra la règle sur tout le territoire de la Région, à l’exception de grands axes structurants où le 50 km/h s’appliquera (et même quelques tronçons à 70 km/h). Des aménagements de voiries inciteront le conducteur ou la conductrice à ralentir.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur la chaussée de Haecht, épicentre de la communauté belgo-turque de Bruxelles, on affiche aux les couleurs du drapeau.

    Saint-Josse: en «petite Anatolie», la déloyauté à Ankara reste un risque à prendre

  2. Le port du masque est désormais obligatoire pour chaque activité extérieure - ici, un vendeur de poissons et de tortues à Wuhan.

    Coronavirus: «On doit être vigilants, mais pas inquiets»

  3. «
Entre les peshmergas (photo) et l’armée irakienne, l’Etat islamique. Qui est en train de se réorganiser.
»

    Tels des ours sauvages dans les tanières de l’Etat islamique en Irak

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite