Scandale de dopage: l’USADA juge la sanction de l’AMA contre la Russie insuffisante

afp
afp

«  Permettre à la Russie d’échapper à une interdiction complète est un autre coup dur pour les athlètes, l’intégrité du sport et la primauté du droit. » L’agence américaine antidopage (USADA) n’a pas ménagé ses effets pour donner son opinion dans un communiqué de son CEO Travis T. Tytgart sur la sanction décidée lundi par l’agence mondiale antidopage (AMA) à l’égard de la Russie.

« L’AMA a promis au monde entier en 2018 que si la Russie ne respectait pas une fois de plus ses engagements, elle appliquerait la sanction la plus sévère autorisée par les règlements. Pourtant, nous y revoilà ; l’AMA dit une chose et fait quelque chose de complètement différent. Il ne fait aucun doute que la Russie a commis le niveau de corruption le plus intentionnel, le plus profond et le plus large du monde du sport, qui a fait passer l’argent avant la morale, la santé et la corruption avant les valeurs olympiques et tous les rêves des athlètes », ajoute l’USADA qui espère que le Tribunal arbitral du sport, qui pourrait s’exprimer en appel, va se montrer plus sévère.

« Ne pas céder à la pression »

« Bien sûr, on peut espérer que le TAS aura l’indépendance et le courage de servir la justice et de corriger ces torts et les échecs des dirigeants sportifs en mettant en place une sanction proportionnelle et significative qui correspond aux crimes. Espérons que le TAS fera ce qu’il faut et qu’elle ne cèdera pas à la pression russe qui a si clairement infiltré le processus décisionnel du CIO et de l’AMA au détriment des droits des athlètes en Russie et à l’étranger, du public, des sponsors et de tous ceux qui croient aux valeurs olympiques ».

Les Russes ne participeront donc pas aux Jeux Olympiques d’été de Tokyo en 2020, aux JO d’hiver de Pékin en 2022 et à la Coupe du monde de football 2022.

Cette sanction a été prise à la suite du comportement de la Russie à l’égard des règles antidopage. Depuis maintenant cinq ans, la Russie est au centre du plus vaste scandale de dopage de l’histoire du sport. Corruption, disparition des contrôles positifs par l’agence antidopage russe (RUSADA) en personne et échantillons trafiqués lors des JO d’hiver de Sotchi en 2014 ont obligé l’AMA à suspendre le centre antidopage de Moscou en novembre 2015.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Si ça avait marché avec John Barry, je serais encore là à faire couler son bain et chauffer sa soupe de tortue.
»

    Les Racines élémentaires de Jane Birkin: «J’étais devenue quelqu’un de célèbre sans grand mérite»

  2. BELGA

    Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

  3. Affublé d’une veste en cuir marron élimée, appuyé à un déambulateur, Harvey Weinstein semble un vieil homme que l’on dirait centenaire, alors qu’il affiche tout juste 67 ans au compteur. © Photo News.

    Il se passe toujours quelque chose au procès de Harvey Weinstein

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite