Le Grand-Duché du Luxembourg accueille 35 réfugiés du Niger

AFP
AFP

En 2017, la Commission européenne a lancé un appel aux États membres à mettre à disposition 50.000 places de réinstallation pour les personnes vulnérables sur une période de deux ans. La réinstallation est un instrument essentiel de protection internationale et constitue la seule solution durable pour les réfugiés pour lesquels d’autres solutions, comme le rapatriement volontaire dans le pays d’origine ou l’intégration dans le premier pays de refuge, ne sont pas possibles.

Afin de donner suite à cet appel, le Grand-Duché du Luxembourg a décidé de contribuer au mécanisme d’évacuation d’urgence (ETM), en réinstallant des réfugiés qui étaient détenus en Libye dans des conditions inhumaines, depuis le Niger.

48 personnes ont été retenues pour la réinstallation au Luxembourg, dont 19 Somaliens, 18 Erythréens, 8 Soudanais et 3 Ethiopiens. Il s’agit de 5 enfants, 13 femmes et 30 hommes. Un premier groupe de 35 personnes est arrivé au Luxembourg début décembre. Un deuxième groupe sera accueilli en début de l’année prochaine.

À l’heure actuelle, seuls trois pays acceptent de réinstaller les réfugiés en position vulnérables : l’Italie, le Canada et le Grand-Duché du Luxembourg.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le temple lama à Pékin, aujourd’hui fermé pour cause d’épidémie.

    Coronavirus: l’épidémie fait tomber la Chine de son piédestal

  2. PHOTONEWS_10856380-028

    Harvey Weinstein coupable d’agression sexuelle et de viol: #MeToo, les stars et les gueux

  3. d-20191114-3X702V 2019-11-14 15:46:45

    La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite