Eruption meurtrière d’un volcan en Nouvelle-Zélande: la plupart des disparus sont des touristes (vidéos)

Eruption meurtrière d’un volcan en Nouvelle-Zélande: la plupart des disparus sont des touristes (vidéos)
AFP

La Première ministre néo-zélandaise a exprimé mardi sa « douleur insondable » après la mort de cinq personnes dans l’éruption d’un volcan sur une île touristique, où huit autres personnes toujours portées disparues sont présumées mortes.

Eruption d’un volcan en Nouvelle-Zélande: pas d’espoir de retrouver des survivants (vidéos)

Comme la police, la Première ministre Jacinda Ardern a déclaré n’avoir plus d’espoir de retrouver vivants les disparus, indiquant que plusieurs survols de l’île n’avaient permis de trouver aucun signe de vie. « Ce matin, l’effort est mis sur la récupération (des corps) et sur le fait de s’assurer que la police peut faire ça en toute sécurité », a-t-elle expliqué lors d’une conférence de presse.

Parmi les disparus figurent des touristes d’Australie, des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de Chine et de Malaisie, ainsi que des Néo-Zélandais qui les guidaient.

« À ceux qui ont perdu de la famille ou des amis ou sont sans nouvelles d’eux, nous partageons votre douleur insondable et votre tristesse », a-t-elle dit. « Nous pleurons avec vous ».

Pas de survivant

L’enquête a permis de voir plus clair sur le nombre de touristes présents sur White Island, également appelée Whakaari, dans le nord de la Nouvelle-Zélande, lorsque le volcan est entré en éruption soudainement lundi en début d’après-midi, projetant des cendres et des roches dans les airs.

« Quarante-sept personnes étaient sur l’île. Nous pouvons maintenant confirmer que cinq personnes sont décédées, 31 sont actuellement à l’hôpital, huit autres sont toujours portées disparues et trois sont sorties de l’hôpital », a déclaré un porte-parole de la police, Bruce Bird.

« Nous ne pensons pas que quelqu’un d’autre ait survécu à l’éruption », a-t-il précisé.

La police évaluera mardi si une mission pour « retrouver les personnes qui sont actuellement portées disparues » sur l’île est possible, malgré le risque d’autres éruptions, selon M. Bird. « Nous n’irons sur l’île que si les conditions de sécurité sont correctes pour nous », a-t-il ajouté.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous