Mort du rappeur Juice WRLD: drogues et armes saisies dans ses bagages

Juice WRLD
Juice WRLD - AFP

Le rappeur américain Juice WRLD a été pris de convulsions à l’aéroport de Chicago au moment où la police fouillait ses bagages à la recherche d’armes et de drogues, rapportent lundi les médias locaux au lendemain de sa mort soudaine à l’âge de 21 ans.

Selon le Chicago Tribune, les autorités attendaient le jeune artiste à l’aéroport Midway alors qu’il venait de rentrer de Californie à bord d’un jet privé.

Lorsque Jarad Higgins, de son vrai nom, a commencé à faire un malaise, un agent du FBI lui a administré en urgence de la naloxone, antidote utilisé dans les cas d’overdose aux opiacés.

Le rappeur, poursuit le quotidien local, sur la base de sources policières anonymes, a alors temporairement repris conscience. Mais son décès a été prononcé dimanche peu après 03H00 (09H00 GMT) dans un hôpital de la banlieue de Chicago.

La police a retrouvé dans ses bagages et ceux de son entourage une quarantaine de sachets de cannabis, six bouteilles de sirop pour la toux à base de codéine, un opiacé, ainsi que plusieurs armes de poing et munitions.

L’autopsie pratiquée lundi par les médecins légistes du comté de Cook n’a pas permis d’en apprendre davantage sur les causes de la mort de Juice WRLD, mais des analyses complémentaires seront menées, a indiqué le comté dans un communiqué.

Une veillée funèbre aura lieu vendredi dans sa ville natale de Chicago. Le rappeur devait se produire ce week-end au festival Rolling Loud, à Los Angeles.

Comme d’autres artistes de sa génération, Juice WRLD s’était fait remarquer en ligne avant de percer auprès du grand public, notamment grâce à son titre « Lucid Dreams ».

Cette génération des « rappeurs SoundCloud », du nom de la plateforme de streaming sur laquelle ils ont émergé, évoque souvent dans ses textes la consommation de drogues et de médicaments, dont le Xanax, un antidépresseur.

Sur le même sujet
MortJuice WRLD
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur la chaussée de Haecht, épicentre de la communauté belgo-turque de Bruxelles, on affiche aux les couleurs du drapeau.

    Saint-Josse: en «petite Anatolie», la déloyauté à Ankara reste un risque à prendre

  2. Le port du masque est désormais obligatoire pour chaque activité extérieure - ici, un vendeur de poissons et de tortues à Wuhan.

    Coronavirus: «On doit être vigilants, mais pas inquiets»

  3. «
Entre les peshmergas (photo) et l’armée irakienne, l’Etat islamique. Qui est en train de se réorganiser.
»

    Tels des ours sauvages dans les tanières de l’Etat islamique en Irak

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite