Accueil Belgique Politique

Coalition fédérale: «Tout reste possible, le pire y compris» (revue de presse)

Chacun sa méthode pour trouver une solution pour faire face à la crise que traverse la Belgique, y compris l’insulte.

Journaliste au service Web Temps de lecture: 5 min

L’informateur Paul Magnette (PS) a demandé au Roi à être déchargé de sa mission. Le chef de l’État tient sa décision en suspens et a entamé des consultations. Dans ses éditos, la presse francophone estime qu’il est plus que temps d’agir et de trouver une solution face à la crise politique mais « le bout du tunnel est encore bien loin ».

Quant aux éditorialistes flamands, ils plaignent le Roi quoi doit faire face à une situation où les intérêts des partis prennent le dessus.

Dans son édito dans Le Soir, Béatrice Delvaux, pointe la méthode utilisée par Bart De Wever : l’insulte. « Faux ! Ils ont tout faux ! Des ringards ! Car la solution à la grave crise politique que traverse le pays, bon sang, mais c’est bien sûr, c’est l’insulte. Pas un gros mot qu’on ose dans son petit bureau avec ses collègues de parti. Non, non, la bonne grosse blague face caméra, histoire que toute la Flandre comprenne que les « autres » ne méritent pas le respect, qu’on peut les salir, histoire de mieux les faire détester et de tout faire exploser.

« J’ai rencontré M. Magnette et il a le goût de sa bouillie arc-en-ciel bien en bouche (…) Il faudra beaucoup de dentifrice flamand pour se laver la bouche. », a déclaré à la VRT Bart De Wever. « Y a pas à dire c’est classe, ça rehausse le niveau et ça fait avancer le schmilblik. On en est où après ça ? Ah oui, à « moins 20 » sous zéro, disait hier le président de la N-VA en clôture de son florilège ».

« Et voilà le Wallon/francophone replacé dans le rôle de l’ennemi et de l’assisté, l’Open VLD héritant au passage du rôle du traître corrompu. Le président du plus grand parti du pays, lui, se met hors jeu, évite de prendre des responsabilités – trop risqué, n’est-ce pas ? – en tirant sur ses « camarades », quelques jours pourtant après avoir exigé le lead des négociations. Cinéma ! », poursuit notre éditorialiste.

« La politique belge aujourd’hui a besoin de responsables au-dessus de la mêlée et non de bateleurs. De stratèges et non de tacticiens pyromanes adeptes du « tout est permis ». Allez croire qu’à la fin ce sont les plus intelligents qui gagnent… », conclut Béatrice Delvaux dans Le Soir.

« Temps perdu »

« Reynders et Vande Lanotte, Demotte et Bourgeois, Magnette et puis… », s’interroge dans son édito L’Avenir « Tout reste possible, le pire y compris. »

Le journal regrette « le temps perdu, gaspillé en de vaines postures politiques, de part et d’autre, à défendre des orientations et à construire des programmes voués à l’échec, de toute façon. Et qui, au bout du compte, visent surtout à se donner le beau rôle ». « Tous les scénarios sont possibles, conclut le journal, des plus minimalistes aux plus machiavéliques : en confiant une mission à un président libéral, en prolongeant encore Paul Magnette, en confiant les clés à Bart De Wever et, pourquoi pas, en passant par plusieurs de ces cases avant de lancer un appel aux hommes et aux femmes de bonne volonté, dans une ultime tentative, avant de repasser par les urnes. Autrement dit : patience, même si cette farce n’a déjà que trop duré. »

Dans son édito, pour les journaux du groupe Sudpresse, Benoît Jacquemart craint que le travail de l’informateur Paul Magnette soit « jeté à la poubelle ». « Non pas parce que le job que lui avait confié le roi Philippe n’aurait servi à rien mais parce que le vrai travail de l’informateur Magnette était peut-être avant tout de rétablir, voire simplement d’instaurer, un climat de confiance entre les différents partis condamnés à trouver une majorité fédérale, ceux pressentis pour un arc-en-ciel, auxquels se joindrait le CD&V. »

Pour le groupe Sudpresse, on se dirigerait donc vers un arc-en-ciel. « Les libéraux émettent plus que des réserves sur les notes de Paul Magnette mais les portes ne sont pas fermées, loin de là. Et une nouvelle discussion va pouvoir commencer. Plus de six mois après les élections de mai, maintenant que les représentants de sept ou huit partis se parlent enfin, il est temps qu’ils évoquent des projets concrets, de ceux qui nous touchent dans notre vie quotidienne. (…). Et l’éditorialiste de conclure : « Un échec aujourd’hui serait désastreux ».

« Union nationale »

« Tous les arguments ont déjà été avancés pour estimer que la mise à l’écart de la N-VA était un scénario à risques, pour la Flandre et pour la Belgique. Mais l’implication des nationalistes dans le processus de formation d’un hypothétique exécutif fédéral constitue un pari tout aussi dangereux. Davantage, peut-être », estime La Libre qui propose de « constituer une majorité d’union nationale alliant libéraux, socialistes, écologistes, démocrates-chrétiens pour faire face aux défis climatiques, économiques, sociaux et autres ? ». Et le journal de poursuivre : « Cette majorité pourrait aussi préparer une réforme de l’État, non pas pour scinder le pays, mais pour le faire fonctionner (…) Il est peut-être « trop tôt » pour envisager cette union nationale. Le CD&V ne s’engagera dans un arc-en-ciel que si Bart De Wever a échoué à former un gouvernement. Mais le PS, incontournable, goûtera-t-il à la « bouillie ».de la N-VA ? Le bout du tunnel est encore bien loin. », conclut l’édito de La Libre.

À lire aussi Négociations fédérales: le scénario de l’arc-en-ciel amélioré… après une auto-exclusion de la N-VA

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Eeman Philippe, mardi 10 décembre 2019, 11:35

    il y en a marre des insultes du sieur De Weve, mais pour qui se prend il d'insulter ainsi les francophones !! rappellons que la Wallonie a nourri beaucoup de Flamands durant des décennies, mais cela il ne l'évoquera jamais ce n'est pas dans l'insulte qu'on mesure la grandeur d'un homme mais cela il ne le sait sans doute pas... des propos chocs, des vérités détournées, des insultes, voici le vrai visage de ce triste personnage... c'est cela la Flandres dont il se dit le fier représentant ? reprenez vous chez amis néerlandophones et négocions entre personnes adultes !

  • Posté par Hellinx Grégory, mardi 10 décembre 2019, 11:05

    Cette Belgique de la politique est finalement bien loin de la Belgique des gens qui la composent. Dans les administrations, nous œuvrons tous les jours pour nos citoyens mais aujourd'hui, après la lecture de la presse, un sentiment de tristesse (et de nostalgie, il faut bien le dire) m'envahit. Le fil conducteur se fragilise et sans réaction, disparaîtra.

  • Posté par SIVA Paul, mardi 10 décembre 2019, 14:49

    Vous avez tort de croire que les citoyens du nord sont très éloignés de l'avis de leurs hommes politiques. Et il faut cesser de croire à une Belgique "de papa" rêvée par nombre de francophones. Un premier ministre flamand l'a même dit en 1970 (il y a .....50 ans !!!) "la Belgique de papa est morte" La Belgique n'a jamais été un état facile et sa création en 1830 n'avait rien à voir avec une volonté de tout son peuple. Il y a eu des crises bien plus profondes que la crise actuelle (notamment la question Royale). Les évènements de l'histoire n'ont même pas contribué à nous rassembler sinon un tout petit peu après la 1°guerre mondiale. Si du côté flamand, on ne veut soi disant pas d'une séparation, je suis quasi certain que si vous leur posez la question de la solidarité entre communautés, les résultats seront bien différents. Et honnêtement, quelle est la différence entre des états séparés ou un état qui ne veut plus de solidarité entre ses communautés ? La Belgique n'est pas une nation; la Wallonie non-plus mais la Flandre en a toutes les caractéristiques. Que les francophones de ce pays se définissent d'abord un vrai projet et non-plus le projet Belgique car là ça devient vraiment de l'aveuglement. Et qu'ils cessent d'avoir la tête dans le sable et le ... à l'air !

  • Posté par CREPIN Hugues, mardi 10 décembre 2019, 10:02

    Je suis d'accord que cette sortie de Bart de Wever n'est pas terrible mais PS et écolo n'avaient pas fait mieux. Je n'ai pas souvenir que cela ait fait fort réagir. Bien sûr, il faudrait mieux agir mais traitons déjà tout le monde de la même manière, cela aiderait peut-être? «Démocratie ou démagogie, la droite doit choisir» "Quand on substitue les slogans démagogiques au débat démocratique, quand on joue avec les passions tristes à des fins politiques, on sape les bases fragiles de la communauté civique » ... Pas terrible non plus Popol sachant qu'en fait le PS ne propose plus rien pour sortir le pays de l'ornière à part des concepts et de mots. Or nous savons que depuis plus de 20 ans, le PS n'a plus jamais réussi à transformer ses mots en réalité (mais pourtant les fonds sont bien dépensés).

  • Posté par Grard André Marie, mardi 10 décembre 2019, 9:26

    une revue de la presse flamande serait intéressante

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs