Accueil Belgique Politique

Coalition fédérale: «On touche le fond, pauvre Roi…», constate la presse flamande

Les éditorialistes flamands plaignent le Roi qui doit faire face à une situation où les partis mettent en avant leurs intérêts plutôt que ceux du pays.

Journaliste au service Web Temps de lecture: 3 min

Le Roi consulte, il a mis en suspens la demande de Paul Magnette voulant être déchargé de sa mission. Pour la presse flamande, la situation n’a pas évolué depuis les élections du 26 mai. Fini le spectacle, il est temps de mettre en avant les intérêts nationaux, estiment les éditorialistes. Quant aux éditorialistes francophones, ils pensent que «tout reste possible, le pire y compris»....

« Le seul avantage de l’impasse politique dans laquelle se trouve le pays est que nous avons peut-être touché le fond », commente Gazet Van Antwerpen qui répète les scénarios possibles. Soit un arc-en-ciel sans la N-VA, « là où les francophones veulent aller » soit une coalition avec la N-VA « mais la Wallonie préfère mourir dans un fossé que de monter dans un gouvernement avec la N-VA ». Ce qui peut être compréhensible au vu du langage tenu par la N-VA envers les Wallons, concède le journal flamand. Bart De Wever a été impitoyable non seulement envers le PS mais aussi envers l’Open VLD.

« Que doit faire le pauvre Roi maintenant, dans son majestueux palais, héritier d’un pays désespérément divisé ? On dirait le début d’un conte de fées, mais les contes de fées ne parlent jamais de confédéralisme ou de réforme de l’État. Et ils finissent généralement bien », conclut le quotidien.

« Parfum de crise », titre en français dans le texte, Het Belang Van Limburg. « L’échiquier politique est très compliqué ». Pour le quotidien, deux choix se présentent au Roi, soit il prolonge la mission de Paul Magnette et lui demande d’embarquer le CD&V dans une coalition arc-en-ciel, soit il nomme Koen Geens (CD&V), par exemple, et lui demande d’explorer la possibilité d’une coalition avec la N-VA. « Un parfum de crise commence progressivement à prendre le dessus à la rue de la Loi », constate Het Laatste Nieuws. « À ce jour, le pays est au même stade qu’après les élections du 26 mai. Nulle part ». Pour le journal, c’est évident que le Palais doit passer la main à Bart De Wever. Il est demandeur. Et le CD&V aussi.

« On se demande si, en tant que citoyen bienveillant, vous devez encore prendre tout ça au sérieux » s’interroge finalement le quotidien qui analyse que les partis placent leurs intérêts en avant et pas l’intérêt du pays. « Vos sujets sont nourris par un mauvais sentiment. On ne sait pas où l’on va, mais on y va tout droit – NDLR en français. We weten niet waarheen, maar we gaan er recht op af. », conclut l’édito en s’adressant au Roi Philippe.

Het Nieuwsblad commente que « la situation était déjà désespérément compliquée et elle ne s’est pas améliorée ». Pour le quotidien, Paul Magnette en est en partie responsable, lui, qui ne s’est tourné que vers l’Open VLD pour tenter de former un gouvernement arc-en-ciel sans la N-VA.

« De Wever demande à prendre la main, mais il a fait preuve d’aucune diplomatie (…) il est aussi fort possible que le président de la N-VA prouve la faillite de la Belgique (…-), lui, qui demande que l’Open VLD dise enfin ce qu’il veut ». Et le journal de conclure, « on veut la clarté, une vision sincère et pas une mauvaise pièce de théâtre ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

32 Commentaires

  • Posté par RICHEZ Claude Emile, mardi 10 décembre 2019, 16:06

    POUR RAPPEL,C'EST LA NVA QUI A SABORDE LE GOUVERNEMENT EN DECEMBRE 2018!!! DEPUIS LE 26 MAI 2019,NOUS PAYONS DES DEPUTES QUI NE GOUVERNENT RIEN ET LA BELGIQUE EST LA RISEE DE L'EUROPE. SOYONS DES ADULTES ET AYONS UN GOUVERNEMENT AVANT LE 31 DECEMBRE 2019. DES MILLIERS D'ADULTES ET D'ENFANTS VIVENT DANS LA MISERE ET LES CHEFS DE PARTI ET LEURS DEPUTES S'AMUSENT COMME DES GOSSES DE 6 ANS. AYEZ LE COURAGE DE DECIDER AVANT LA FUTURE CATASTROPHE.

  • Posté par Andre Albertal, mardi 10 décembre 2019, 13:30

    Et, après ce "cirque", on demande aux citoyens de voter....alors qu'on ne tiendra nullement compte de ses choix : bien mieux, on bafouera les minorités linguistiques ......voir en 2014, le seul parti francophone MR aux commandes avec les flamands majoritaires. Faut-il vraiment ENCORE aller voter pour s'exprimer???????

  • Posté par Fontaine José, mardi 10 décembre 2019, 12:40

    On ne devrait plus continuer à dire que les Wallons et les Flamands ne sont pas si différents. Ou peut-être que si, ils ne le sont pas tant. Mais ce n'est pas le sujet. Le sujet c'est la possibilité de s'entendre et ceci, toute l'histoire montre depuis la scission du POB quasiment dès sa fondation en 1885 (le PSR de Defuisseaux irrité de la direction flamande et bruxelloise du parti qui ne comprenait pas l'impatience des ouvreurs wallons), cela n'a jamais été facile. Parce que nous ne sommes pas une nation.

  • Posté par Vanderpas Jean, mardi 10 décembre 2019, 12:33

    L'insulte de Dewever à l'égard des francophones le disqualifié totalement. Les démocrates flamands comprendront qu'il n'est pas possible de s'allier à un tel personnage. C'est enfin le début de la fin pour lui

  • Posté par Andre Albertal, mardi 10 décembre 2019, 13:38

    Ou plutôt, le début de son ascension car beaucoup de flamands vont le suivre....y compris le Vlaams Belang. On est mal pris car les désirs des nationalistes sont de plus en plus concrets et insistants.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs