La Ville de Bruxelles renforce son soutien au secteur culturel flamand sous tension

La Ville de Bruxelles renforce son soutien au secteur culturel flamand sous tension
Pierre-Yves Thienpont

Sans aller jusqu’à compenser la mesure d’économie de 6 % imposée par le gouvernement flamand au secteur culturel, la Ville de Bruxelles a décidé de débloquer 200.000 euros pour soutenir les projets culturels émergeant sur son territoire. Elle ne diminuera pas non plus à due proportion son aide structurelle d’un million d’euros au Théâtre Royal flamand -dont elle est propriétaire des murs-. Elle renforcera enfin de 100.000 euros le montant de ses aides aux associations avec lesquelles elle est engagée par convention, ont annoncé mardi matin le bourgmestre Philippe Close (PS), l’échevine de la Culture Delphine Houba (PS), et l’échevine flamande Ans Persoons (change.brussels-sp.a).

« L’annonce de la réduction drastique des subsides culturels par le nouveau gouvernement flamand nous a interpellés. La Ville de Bruxelles considère la culture et son développement comme un vecteur important d’attractivité dans une cité de 184 nationalités différentes. La culture représente quelque 7 à 8 % du budget que nous venons d’adopter pour l’an prochain. Nous voulons continuer à défendre un projet inclusif et montrer au secteur qu’il compte pour nous », a commenté Philippe Close, aux côtés des deux échevines.

Pour Ans Persoons, il importe de montrer aux artistes émergents, premières victimes des mesures d’économies du gouvernement N-VA/CD&V/Open Vld, qu’ils ont un rôle à jouer à la fois dans le rayonnement Bruxelles, ville multiculturelle, et de la culture flamande.

Toutes les disciplines des arts vivants peuvent prétendre à cette subvention

Pièce maîtresse du dispositif, l’opération « Kangourou-Bxl » vise à octroyer un soutien à la création de 5.000 à 25.000 euros aux projets d’artistes et de compagnies pris sous leur aile par des lieux culturels bénéficiant quant à eux d’un soutien structurel. Un appel à projets sera lancé dans ce sens du 16 décembre au 20 mars prochain. Toutes les disciplines des arts vivants peuvent prétendre à cette subvention. Le multilinguisme et le caractère bruxellois du projet seront également des critères pris en compte.

Par ailleurs, la Ville a décidé de porter de 300.000 à 400.000 euros l’an prochain le montant des subsides liés aux conventions qui la lient avec des institutions culturelles telles que le « Beursschouwburg », « Globe Aroma », « Circus Zonder Handen » ou « Bronks ».

Elle maintiendra le montant d’un million d’euros qu’elle injecte annuellement dans le KVS et poursuivra sa politique de subsides aux investissements -dont le montant varie d’année en année en fonction des travaux à effectuer- à l’égard de cette institution-phare de la capitale.

Sur le même sujet
Économie et financesPS
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite