Etat de droit: Didier Reynders déplore une «évolution négative» en Pologne et Hongrie

Etat de droit: Didier Reynders déplore une «évolution négative» en Pologne et Hongrie
EPA

Le commissaire européen à la Justice Didier Reynders a constaté ces dernières semaines « une évolution négative » tant en Pologne qu’en Hongrie concernant le respect de l’Etat de droit, a-t-il indiqué mardi à son arrivée à un conseil des ministres des Affaires européennes. « Malheureusement, nous avons constaté une évolution négative ces dernières semaines tant pour la Pologne que pour la Hongrie », a commenté le commissaire belge, alors que le conseil des Affaires générales procède ce mardi à une nouvelle audition sur la Hongrie et fera le point sur la situation en Pologne.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban est en désaccord avec les instances européennes sur les réformes judiciaires et la réduction des libertés académiques que son régime a entreprises. Il prétend que les griefs de l’UE constituent une riposte injuste à son opposition à la politique migratoire de l’UE.

Lundi, le gouvernement hongrois a soumis un projet de loi au Parlement qui prévoit un contrôle renforcé des théâtres. « Il n’y a pas eu de consultation de la commission de Venise (l’organe du Conseil de l’Europe pour la démocratie par le droit, NDLR), c’est dommage, on va voir si c’est possible de le faire », a fait observer M. Reynders.

Il insiste sur la multiplicité des outils disponibles, au-delà de la procédure dite article 7. « Nous allons devant la Cour de Justice, où nous avons eu des décisions positives sur la Pologne, nous y sommes aussi pour la Hongrie. Et l’an prochain, il y aura le rapport annuel par pays sur l’État de droit ».

Interrogé sur le cas de Malte, Didier Reynders veut s’assurer que le gouvernement, sous le feu des critiques depuis l’assassinat en 2017 de la journaliste d’investigation Daphne Caruana Galizia, entreprenne bien les réformes judiciaires que l’UE lui a recommandées en juillet. « J’aurai un contact avec le ministre de la Justice », a indiqué le commissaire.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  3. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite