Batibouw: le salon complètement repensé, voici les nouveautés

Batibouw: le salon complètement repensé, voici les nouveautés
Bruno Dalimonte

Batibouw s’étendra en 2020 sur neuf jours au lieu de onze, ont annoncé les organisateurs mardi lors d’une conférence de presse. Le salon de la construction et de la rénovation a été totalement repensé pour l’occasion. Exit les journées destinées aux professionnels. A la place, un Palais entier leur sera consacré. Les horaires d’ouverture ont également été modifiés.

Le salon de la construction et de la rénovation Batibouw reviendra le samedi 29 février à Brussels Expo. L’événement se clôturera le dimanche 8 mars.

Les deux journées dédiées aux professionnels sont supprimées. Elles sont remplacées par une nouvelle formule : trois salons professionnels indépendants investiront le Palais 1. Le salon Probuild, consacré au gros œuvre fermé, et le salon Finishing, consacré au parachèvement, se tiendront le mercredi 4 mars. Le salon InstallPro, destiné aux installateurs, aura lieu le vendredi 6 mars. Ces salons ne seront pas accessibles au grand public.

Les horaires ont été revus

Le grand public, lui, est attendu dès le samedi 29 février. En semaine, les horaires ont été revus. L’ouverture est ainsi programmée à midi. « Nous avons constaté ces dernières années que les visiteurs quittaient souvent le salon en début d’après-midi afin d’éviter les embouteillages sur le Ring de Bruxelles », a confié Frédéric François, organisateur. « Cette année, au lieu de fermer à 18h30, on reste ouvert jusqu’à 20h30. Cela permettra notamment de se rendre à Batibouw après le travail. » L’entrée sera en outre gratuite dès 16h00 pour tout visiteur qui se sera inscrit en ligne. Par ailleurs, la nocturne jusqu’à 22h00 est prévue le jeudi 5 mars.

Sur place, le visiteur sera enregistré et bénéficiera d’une nouvelle application mobile lui permettant d’une part de faciliter ses déplacements dans les 15 kilomètres d’allées répartis dans 10 palais du Heysel et, d’autre part, de bénéficier de conseils personnalisés. L’occupation des halls a en effet été totalement repensée. Trois thématiques sont mises en avant cette année : la construction verte, le chauffage et la ventilation intelligente, ainsi que l’aménagement des petits espaces sous le concept « small is beautiful ».

Le salon avait attiré 257.000 visiteurs l’an dernier, une fréquentation en baisse de 10 %.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. La Fédération est très fertile en chorégraphies - ici, «
Le chant des ruines
», dernière création de Michèle Noiret présentée à la Biennale de Charleroi Danse.

    Arts de la scène: le public wallon a-t-il peur de la danse?

  3. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite