Batibouw: le salon complètement repensé, voici les nouveautés

Batibouw: le salon complètement repensé, voici les nouveautés
Bruno Dalimonte

Batibouw s’étendra en 2020 sur neuf jours au lieu de onze, ont annoncé les organisateurs mardi lors d’une conférence de presse. Le salon de la construction et de la rénovation a été totalement repensé pour l’occasion. Exit les journées destinées aux professionnels. A la place, un Palais entier leur sera consacré. Les horaires d’ouverture ont également été modifiés.

Le salon de la construction et de la rénovation Batibouw reviendra le samedi 29 février à Brussels Expo. L’événement se clôturera le dimanche 8 mars.

Les deux journées dédiées aux professionnels sont supprimées. Elles sont remplacées par une nouvelle formule : trois salons professionnels indépendants investiront le Palais 1. Le salon Probuild, consacré au gros œuvre fermé, et le salon Finishing, consacré au parachèvement, se tiendront le mercredi 4 mars. Le salon InstallPro, destiné aux installateurs, aura lieu le vendredi 6 mars. Ces salons ne seront pas accessibles au grand public.

Les horaires ont été revus

Le grand public, lui, est attendu dès le samedi 29 février. En semaine, les horaires ont été revus. L’ouverture est ainsi programmée à midi. « Nous avons constaté ces dernières années que les visiteurs quittaient souvent le salon en début d’après-midi afin d’éviter les embouteillages sur le Ring de Bruxelles », a confié Frédéric François, organisateur. « Cette année, au lieu de fermer à 18h30, on reste ouvert jusqu’à 20h30. Cela permettra notamment de se rendre à Batibouw après le travail. » L’entrée sera en outre gratuite dès 16h00 pour tout visiteur qui se sera inscrit en ligne. Par ailleurs, la nocturne jusqu’à 22h00 est prévue le jeudi 5 mars.

Sur place, le visiteur sera enregistré et bénéficiera d’une nouvelle application mobile lui permettant d’une part de faciliter ses déplacements dans les 15 kilomètres d’allées répartis dans 10 palais du Heysel et, d’autre part, de bénéficier de conseils personnalisés. L’occupation des halls a en effet été totalement repensée. Trois thématiques sont mises en avant cette année : la construction verte, le chauffage et la ventilation intelligente, ainsi que l’aménagement des petits espaces sous le concept « small is beautiful ».

Le salon avait attiré 257.000 visiteurs l’an dernier, une fréquentation en baisse de 10 %.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une plage près de Girona en Catalogne.

    Reconfinement en Espagne: un risque de coup de frein pour un secteur touristique fragilisé

  2. d-20180418-3LQ7JN 2020-07-03 11:36:02

    La Belgique, pays le plus touché par le coronavirus? Une comparaison fallacieuse

  3. Joe Biden et Kamala Harris lors d’un meeting de campagne à Détroit, le 9 mars dernier
: le futur «
ticket
» démocrate pour la présidentielle
?

    Joe Biden rêve toujours d'un ticket avec Michelle Obama

La chronique
  • Lettre d’Europe: la pandémie s’éloigne, les questions climatiques restent

    Que la pandémie s’éloigne effectivement ou que les Européens s’habituent simplement à vivre avec elle, une chose est sûre : la lutte contre le changement climatique et ses conséquences dévastatrices sur nos vies reste notre plus grand défi.

    À Bruxelles, la Pologne va trouver sur la table des négociations le problème du CO2 car certains pays de l’Union européenne veulent que le Fonds pour une transition juste (avec, à la clé, 8 milliards d’euros pour la Pologne) soit accordé uniquement si Varsovie adhère à l’objectif européen de neutralité carbone fixé à 2050. Si, en décembre dernier, le gouvernement polonais est parvenu à retarder la décision, de nombreuses capitales européennes veulent aujourd’hui subordonner l’accord budgétaire à une décision claire de la Pologne sur la politique climatique communautaire.

    Cracovie la plus polluée

    Pourquoi, en Pologne, où près de la moitié de la...

    Lire la suite

  • Avis à Emmanuel Macron: on n’a pas deux fois l’occasion de faire bonne impression

    Et donc, en France, c’est le Président qui a un gros problème – des politologues le disent même détesté –, c’est son Premier ministre qui est populaire, mais c’est ce dernier qui remet son tablier.

    Il est trop tôt pour prendre la totale mesure du « changement » que veut imprimer un Président en grande difficulté en remplaçant Édouard Philippe par le haut fonctionnaire Jean Castex. Il faudra attendre la composition du gouvernement et vérifier s’il y a, par exemple, constitution d’...

    Lire la suite