Après-match houleux à Lyon malgré la qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions: heurts entre joueurs et supporters (photos)

Après-match houleux à Lyon malgré la qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions: heurts entre joueurs et supporters (photos)

Lyon s’est qualifié mardi pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions à la suite de son nul, presque miraculeux, contre Leipzig (2-2), donnant enfin du sens à une saison qui attendait ce coup d’éclat. Mais des heurts avec les supporters après la rencontre ont gâché la fête.

Au coup de sifflet final, les joueurs ont levé les bras au ciel, d’où est venu le coup de pouce libérateur. C’est grâce au succès du Benfica Lisbonne contre le Zenit Saint-Pétersbourg (3-0) que Lyon est passé devant les Russes.

Mais la célébration a duré l’instant d’une photo. Quelques minutes plus tard, des heurts ont éclaté entre des ultras et le défenseur Marcelo qui ont impliqué plusieurs joueurs. Une banderole stigmatisant le défenseur brésilien a déclenché la colère des joueurs.

Le président du club Jean-Michel Aulas a affirmé que « le supporter (qui tenait la banderole) serait sanctionné ».

« Un club, ce sont les dirigeants, les joueurs, les supporters et il ne peut pas y avoir de distorsion. C’est moi qui décide et non pas les supporters », a ajouté le patron de l’Olympique lyonnais qui ne veut pas que « les gens insultent les joueurs ».

Depay furieux

Depay a symbolisé cla résilience lyonnaise, en marquant sur sa deuxième belle occasion alors qu’il avait plutôt subi jusque-là. Buteur à chacun de ses cinq matches de groupe, le capitaine a pris la mesure de ses nouvelles fonctions.

En lui donnant le brassard, Rudi Garcia a effectué l’un de ses premiers bons choix comme entraîneur de Lyon, car c’est dans la lumière que le joueur s’exprime le mieux.

Après le match, il a montré de l’autorité en livrant un discours coup de poing à l’intention des supporters : « Je suis furieux, en colère. On veut faire un avec nos fans, mais eux ne veulent pas faire un avec nous. Si vous quittez le terrain avec ce sentiment, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. C’est dur de rester calme », a déclaré celui qui distribue également les punchlines comme rappeur.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • photo news

    Par E.Px et D.S.

    Standard

    Licences: comment le Standard se retrouve menacé de Division 2 amateurs

  • photo news

    Par François Laurent (avec S.H. et B.H.)

    Division 1A

    Licences: carte rouge pour le Standard et l’Excel Mouscron

  • Vanheusden-De Camargo, deux des signataires.

    Par J.B.

    Division 1A

    Sporta: les joueurs veulent faire entendre leur voix

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous