Le PTB a recueilli 100.000 signatures pour proposer une retraite minimum à 1500 euros (vidéo)

Raoul Hedebouw
Raoul Hedebouw - Belga

Le PTB a déposé mercredi à la Chambre une proposition de loi visant à rehausser la pension minimum à 1.500 euros sur base d’une carrière de 40 ans. Il a réuni pour ce faire 100.000 signatures et ne compte pas s’arrêter là. Il vise le cap des 250.000 signatures, a-t-il annoncé.

Pour atteindre son objectif, le parti d’extrême gauche a lancé, il y a trois mois, une campagne dans le but de pouvoir introduire la première proposition de loi d’initiative citoyenne. Pour pouvoir faire valider cette démarche, il faut réunir un minimum de 25.000 signatures, un seuil largement dépassé.

La pension minimum à 1.500 euros figurait en bonne place dans le programme électoral du PTB.

Le parti a accompagné mercredi trois citoyens venus déposer formellement la proposition de loi d’initiative citoyenne à la Chambre des représentants.

Il a annoncé qu’il continuera à récolter des signatures pour mettre la pression et faire de la pension minimum à 1.500 euros net une réalité.

Le développement de la proposition de loi dénonce l’affaiblissement des pensions légales par le gouvernement Michel via, notamment, la suppression du bonus de pension de 180 euros par mois pour les personnes qui travaillent jusqu’à 65 ans ; la non-prise en compte de l’interruption de carrière et de certaines formes de crédit-temps pour le calcul de la pension ; une pension moindre pour les prépensionnés (bénéficiaires du RCC) ayant commencé à travailler à un âge précoce et pour les travailleurs prenant leur prépension après une longue carrière, pour les moins de 50 ans ayant perdu leur emploi, pour les fonctionnaires et pour toutes les personnes déjà pensionnées (augmentation des impôts sur les pensions).

« Si on y ajoute les mesures portant l’âge de la pension légale à 67 ans et la suppression progressive du droit à la retraite anticipée, nous assistons à un remodelage en profondeur du paysage belge des pensions », lit-on encore dans le document déposé au parlement.

Selon le PTB, les pensions en Belgique comptent parmi les plus basses en Europe, l’écart en matière de pensions avec les pays voisins pouvant aller jusqu’à 40 %.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite