Greta Thunberg désignée personnalité de l’année par le magazine Time

Greta Thunberg désignée personnalité de l’année par le magazine Time
AFP

La jeune militante du climat Greta Thunberg a été désignée personnalité de l’année 2019 par le magazine Time, a annoncé mercredi ce dernier, qui l’a mise à sa Une avec le titre « Le pouvoir de la jeunesse ». La Suédoise de 16 ans, devenue l’égérie de la lutte contre le changement climatique à travers la planète, est ainsi la plus jeune lauréate de cette distinction, décernée depuis 1927 par le magazine américain.

Greta Thunberg, qui a commencé à l’été 2018 à manifester seule pour le climat tous les vendredis devant le Parlement suédois, a depuis rallié des millions de partisans à sa cause. Ils ont fait une démonstration de force en septembre avec des millions de personnes dans les rues de villes du monde entier, juste avant un sommet de l’ONU sur le climat.

Lors de ce sommet, l’adolescente était intervenue à la tribune de l’ONU avec un discours cinglant dénonçant l’inaction des puissants de la planète face au changement climatique, martelant son discours de « Comment osez-vous ? » accusateurs. Régulièrement citée par parmi les favoris pour le prix Nobel de la paix, elle n’avait finalement pas été retenue.

Greta Thunberg, qui était ces derniers jours à la conférence sur le climat à Madrid, a été sélectionnée par Time devant cinq autres finalistes : Donald Trump, la cheffe des démocrates au Congrès américain Nancy Pelosi, la star de l’équipe des Etats-Unis féminine de football Megan Rapinoe, l’agent de la CIA qui a averti du coup de téléphone entre Donald Trump et le président ukrainien, à l’origine de la procédure en destitution du président, et les manifestants pro-démocratie de Hong Kong.

En 2018, c’est le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué en octobre 2018 au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, qui avait été désigné à titre posthume, avec plusieurs autres journalistes symbolisant la quête de la vérité et les risques qu’ils prennent pour l’obtenir. En 2017, la distinction avait également été remise à titre collectif, aux personnes qui avaient « brisé le silence » face aux agressions sexuelles, déclenchant le mouvement #MeToo à travers le monde.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Tenues de protection et masques faciaux de rigueur pour les participants au carnaval de Venise, où toutes les festivités ont été annulées à partir de ce dimanche.

    Coronavirus: l’Italie sous cloche pour contenir l’épidémie

  3. Bernie Sanders embrasse son épouse Jane après son triomphe dans le Nevada
: «
Laiisez-moi vous présenter la prochaine Première Dame des Etats-Unis
!
»

    Etats-Unis: Bernie Sanders s’avance en grand favori vers le «Super Tuesday»

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite