Accueil Culture Scènes

Olivier Blin à la barre du Poche

Il charge comme un rhinocéros. Parfait pour prendre la direction du Poche, animal réputé indomptable.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Entre Olivier Blin et le Poche, c’est une histoire organique. Une même inclination à l’engagement réunit ces deux parcours. En 1985, alors même qu’il est encore à l’école, le jeune Olivier accompagne sa classe au Poche pour y découvrir Un Certain Plume d’Henri Michaux avec Philippe Geluck.

« Pour la première fois, j’y ai senti l’acteur, l’auteur, le scénographe, la mise en scène, le travail. » Mais c’est par l’humanitaire que son histoire d’amour va se concrétiser avec le Poche. Jeune journaliste pigiste, il choisit un jour de couvrir le trajet d’un convoi de patates envoyé par un fermier wallon vers un camp de réfugiés de l’ex-Yougoslavie dans le cadre d’une opération européenne. Plus tard, c’est une pièce de théâtre, Yvonne, Princesse de Bourgogne de Gombrowicz, mis en scène par Jean-Michel D’Hoop, qu’il achemine dans ces mêmes camps, prenant la mesure de la culture comme facteur de cohésion sociale dans une communauté de personnes déplacées, traumatisées.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs