Grève générale en France: deux syndicats, qui soutenaient la réforme, basculent dans la mobilisation

Le discours d’Edouard Philippe n’a pas convaincu.
Le discours d’Edouard Philippe n’a pas convaincu. - EPA

Le discours d’Edouard Philippe, et notamment la perspective de l’instauration d’un « âge d’équilibre » à 64 ans en 2027, a suscité l’unanimité des syndicats contre lui, y compris des partisans de la retraite universelle à points comme la CFDT et la CFTC qui appellent désormais à rejoindre la mobilisation le 17 décembre.

« Il y avait une ligne rouge dans cette réforme, c’était le fait de ne pas mélanger la nécessité d’une réforme systémique (…) et la réforme paramétrique qui demanderait aux travailleurs de travailler plus longtemps, cette ligne rouge est franchie », a réagi Laurent Berger, très courroucé à l’issue de l’allocution du Premier ministre.

À l’issue d’un bureau national, le premier syndicat français a appelé dans la soirée « l’ensemble des travailleurs à se mobiliser le 17 décembre », date prévue par les opposants à la réforme pour la prochaine mobilisation. La CFDT exige que le gouvernement « renonce à toute mesure d’âge et rouvre les discussions pour un système de retraite universel réellement juste ».

« Déception »

Autre partisane du système universel, la CFTC a aussi appelé à rejoindre la mobilisation du 17 décembre, refusant « l’âge pivot tel qu’annoncé par le Premier ministre avant même la mise en place de la future gouvernance » du nouveau régime.

Même « déception » pour le secrétaire général de l’Unsa, Laurent Escure, qui n’était pas non plus opposé au système à points. « On a eu la désagréable surprise, qui est une ligne rouge pour nous, qui est la question de la mesure d’âge », a-t-il déclaré.

Sur le même sujet
Hockey sur glaceFrance
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  2. Emir Kir ne sait pas encore s’il introduira un recours contre la décision du Parti socialiste bruxellois.

    Le PS bruxellois tente d’éteindre l’incendie Kir

  3. @News

    Philippe Albert revient sur Anderlecht – FC Bruges: «Avec Colassin, j’ai découvert un jeune talent avec beaucoup de culot»

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite