Affaire Nethys: climat tendu à la séance publique du conseil d’administration d’Enodia

Affaire Nethys: climat tendu à la séance publique du conseil d’administration d’Enodia
Michel Tonneau

Mercredi avait lieu une séance publique du conseil d’administration d’Enodia (ex-Publifin), au siège social situé rue Louvrex à Liège. À cette occasion, étaient présentés les rapports de gestion de l’exercice 2018. Les citoyens étaient nombreux à avoir fait le déplacement.

Dans la salle, les profils étaient variés puisqu’il y avait des jeunes, comme des pensionnés, des professeurs d’université et même un bourgmestre, mais les sympathisants du parti d’extrême gauche PTB étaient majoritaires. Certains citoyens étaient venus avec des pancartes sur lesquelles on pouvait lire des messages tels que «stop aux profiteurs».

Dès le début de la séance, le ton a été donné par la nouvelle présidente Julie Fernandez Fernandez, qui a demandé que l’assemblée se déroule dans le respect et donc que ces messages soient rangés.

Le rachat de Voo au coeur des discussions

Après une présentation complète et chiffrée, le public a pu poser des questions. C’est dans un climat relativement tendu, que le conseil d’administration a été interpellé sur des questions variées. Le rachat de Voo a toutefois occupé une place centrale.

Cette séance publique s’est finalement terminée de façon brutale sur l’intervention de Damien Robert, administrateur PTB au sein d’Enodia. Ce dernier a affirmé, en s’adressant au public, que des négociations étaient menées dans le dossier de la vente de Voo. «Quand on vous dit qu’on ne sait pas si oui ou non, on va le vendre, que rien n’est décidé, effectivement rien n’est décidé, mais l’option elle est clairement là, la volonté aussi. Oui, ils veulent privatiser», a-t-il lancé.

« Une indignation instrumentalisée par certains »

La séance a été levée par la présidente sur cette intervention. Cette fin brutale n’a pas contenté les citoyens, qui se disaient frustrés et estimaient ne pas avoir obtenu les réponses qu’ils espéraient.

Il s’agissait du premier CA public de Julie Fernandez Fernandez, la nouvelle présidente d’Enodia. Cette dernière a dit regretter «la confiscation du débat, qui a été faite par certaines organisations politiques.» «Je pense que le fait qu’on soit dans une indignation, que je comprends et que je considère légitime, est instrumentalisée par certains. Cela empêche à l’information de circuler, ce qui nuit à l’intérêt et l’avenir du groupe et surtout des travailleurs qui en dépendent.»

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGA

    Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

  2. PHOTONEWS_10798099-022

    Le PS bruxellois a osé exclure Emir Kir

  3. Conner Rousseau ne porte pas un pull à capuche uniquement pour une question de confort. Le président du SP.A a lancé sa propre ligne de vêtements au profit des centres de préventions pour le suicide. Ces derniers sont menacés par les mesures d’économies du gouvernement flamand. © Pierre-Yves Thienpont.

    Conner Rousseau (SP.A) au «Soir»: «Des élections? Ce serait la fin de la Belgique!»

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite