Ligue des champions: le Bayern récolte un montant record de 74 millions d’euros, Bruges en gagne 28 et Genk 24

Ligue des champions: le Bayern récolte un montant record de 74 millions d’euros, Bruges en gagne 28 et Genk 24
EPA

Fort de ses six victoires dans la phase de groupes, et seule équipe à avoir réussi cette performance, le Bayern Munich a bouclé l’année 2019 en Ligue des Champions avec un pactole record de 74,19 millions d’euros reçu de l’UEFA. Les deux clubs belges engagés cette saison, le KRC Genk et le Club Bruges, ne quittent pas la Ligue des Champions les mains vides. Les champions de Belgique repartent avec 23,906 millions et Bruges avec 27,922.

La plus grande partie des gains du Bayern, 33,24 millions, provient de son classement au coefficient. Le Bayern figure au 3e rang de celui-ci. Il perçoit à ce titre 30 parts de 1,108 million. Sa participation à la phase de groupes lui a rapporté ensuite 15,25 millions. Les primes liées aux six victoires s’élèvent à 16,2 millions d’euros. Enfin, la prime de qualification en huitièmes de finale s’élève à 9,50 millions. Si les champions d’Allemagne devaient atteindre les quarts de finale, la tirelire bavaroise s’alourdirait de 10,5 millions.

La cagnotte brugeoise se compose du coefficient (24e, 9 fois 1,108 soit 9,972), de sa participation (15,25) et de ses résultats (3 matchs nuls, soit 2,7 millions). Celle de Genk est répartie entre le coefficient (26e, 7 fois 1,108 soit 7,756), la participation (15,25) et les résultats (1 partage, soit 900.000 euros).

L’UEFA verse chaque saison quelque 2 milliards à l’ensemble des clubs engagés dans sa Ligue des Champions.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Anderlecht essaye de protéger ses jeunes  (ici Colassin, à gauche, et Amuzu) en ne les envoyant pas directement face à la presse.

    Par Guillaume Raedts

    Anderlecht

    Anderlecht: comment le Sporting encadre la communication de ses jeunes joueurs

  • Fabrice Olinga rêvait de jouer un mauvais tour à Bernd Storck, qui l’avait écarté la saison passée. Il n’en a pas eu l’occasion.

    Par Stéphane Dupuis

    Mouscron

    Mouscron remet le Cercle dans le parcours

  • Belga

    Par E.PX. et D.S.

    Standard

    Obbi Oulare propulse le Standard en Playoffs 1

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Le site Immoweb accueille quotidiennement plus de 500.000 visiteurs. Il s'est offert un complet lifting début février.

    Le temps est compté pour les annonces immobilières

  3. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite