Action spectaculaire: Greenpeace «met le feu» à un bâtiment européen, ce qu’il s’est passé

Action spectaculaire: Greenpeace «met le feu» à un bâtiment européen, ce qu’il s’est passé
Reuters

La police belge a fait évacuer jeudi le bâtiment du Conseil européen à Bruxelles occupé par une trentaine de militants de Greenpeace arrivés en camion de pompiers avant l’ouverture du sommet européen largement consacré au « Pacte vert » sur le climat, a-t-on appris de sources concordantes.

Les activistes climatiques ont grimpé sur la façade pour y déployer des bannières géantes avec des flammes rouges et jaunes, des images de signaux de détresse, de sirène d’incendie et de fumée. Le but: montrer que «notre maison est en feu. Il est maintenant temps pour une politique climatique décisive».

Pour permettre aux grimpeurs de s’installer sur le bâtiment, l’ONG a bloqué les tunnels bruxellois. «Greenpeace avait placé des balisages à l’entrée du tunnel Cinquantenaire et nous avons dû fermer tous les tunnels vers le centre depuis Tervuren jusqu’au Cinquantenaire», indique Camille Thiry, porte-parole de Bruxelles Mobilité. Le balisage a depuis été retiré.

Greenpeace n’avait pas d’autorisation pour mener son action. La police est intervenue sur place et les militants ont dû s’identifier, signale l’ONG.

Une vingtaine d’arrestations

L’action qui avait commencé tôt le matin a pris fin vers 10h30 GMT, a constaté un photographe de l’AFP sur place.

Les pompiers bruxellois ont déployé deux grandes échelles pour permettre aux policiers de grimper dans la structure et interpeller les activistes. La police a confirmé à l’AFP une vingtaine d’arrestations. Selon Greenpeace, les interpellés sont français, belges et allemands.

Greenpeace s’est félicité de l’opération. « On a fait notre devoir », a déclaré Laura Ullmann une porte-parole de l’ONG.

Par mesure de sécurité, il avait été envisagé de déplacer la réunion des chefs d’Etat et de gouvernement du bâtiment Europa vers le Juste Lipse voisin. Peu avant midi, la sécurité annonçait toutefois que le bâtiment Europa était à nouveau accessible.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur la chaussée de Haecht, épicentre de la communauté belgo-turque de Bruxelles, on affiche aux les couleurs du drapeau.

    Saint-Josse: en «petite Anatolie», la déloyauté à Ankara reste un risque à prendre

  2. Le port du masque est désormais obligatoire pour chaque activité extérieure - ici, un vendeur de poissons et de tortues à Wuhan.

    Coronavirus: «On doit être vigilants, mais pas inquiets»

  3. «
Entre les peshmergas (photo) et l’armée irakienne, l’Etat islamique. Qui est en train de se réorganiser.
»

    Tels des ours sauvages dans les tanières de l’Etat islamique en Irak

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite