Affaire Nethys: la Socofe renonce à son recours contre le décret gouvernance

Affaire Nethys: la Socofe renonce à son recours contre le décret gouvernance
PhotoNews

Jeudi midi, le conseil d’administration de la Socofe a décidé de renoncer au recours qu’il avait introduit devant la Cour constitutionnelle contre le décret gouvernance adopté par le parlement wallon afin d’empêcher les dérapages de gouvernance constatés dans l’affaire Nethys. La Socofe est une structure peu connue du grand public. Ce holding fédère les intérêts des pouvoirs locaux dans des domaines stratégiques comme l’eau, l’environnement ou l’énergie.

Cette décision intervient au lendemain de celle prise par les administrateurs d’Intégrale, le groupe d’assurances dont Nethys est actionnaire à 71 %. À l’inverse de la Socofe, l’assureur basé à Liège et Bruxelles a décidé de poursuivre son combat : il demande l’annulation du décret entré en vigueur en mai 2018. Si la Cour constitutionnelle devait suivre ses arguments, le gouvernement wallon se retrouverait dans un sacré pétrin. Même si l’heure n’est pas à la panique à Namur : aucune des décisions fortes prises ces dernières semaines (annulation de ventes de filiales, départ du management) ne pourrait être remise en cause, nous assure-t-on.

>> Toutes les explications sur Le Soir +

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Rensenbrink, sourire timide et Soulier d’or 1976. @Photo News

    Avec Robbie Rensenbrink, Anderlecht dit adieu à son icône des seventies

  2. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  3. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite