Fellaini laisse la porte ouverte à un retour chez les Diables rouges (vidéo)

©Photonews
©Photonews

La première saison de Marouane Fellaini en Chine s’est achevée le 6 décembre par un revers en finale de la Coupe nationale contre Shanghai Shenhua. De retour en Belgique, il a accordé un entretien à Nordin Jbari pour Eleven Sports. À cette occasion, « Big Mo » est revenu notamment sur un possible retour chez les Diables rouges, lui qui avait pris sa retraite internationale en mars dernier. Depuis la qualification acquise par les Diables pour l’Euro 2020, la rumeur ne cesse de circuler sur son come-back dans le noyau de Roberto Martinez.

« J’ai décidé d’arrêter, mais maintenant si on me rappelle, je ne sais pas ce que je vais faire », a déclaré Fellaini « Ma situation actuelle me va bien. Dire que j’hésite est un grand mot, mais j’aime bien être sélectionné. Ça se passe très bien pour moi en Chine, on verra bien avec le temps. Beaucoup de choses peuvent se passer. Si Martinez m’appelle, je vais réfléchir oui. On verra bien. »

Pourrait-il revenir un jour dans le championnat de Belgique ? Au Standard ? Jbari lui a également demandé… « Pourquoi pas. Il me reste encore deux ans de contrat en Chine. On verra bien comment ça se passera ».

Un retour comme joueur ? « Comme joueur ou je ne sais pas quoi… Mais c’est sûr que je reviendrai en D1 belge. Je suis en Belgique, j’ai tout mon entourage ici, ma famille notamment. Je m’y sens bien. C’est juste dommage le temps, mais c’est un beau pays et on y vit très bien ».

Marouane Fellaini s’est également exprimé au sujet de José Mourinho, son ancien entraîneur à Manchester United. « C’est quelqu’un qui m’a respecté, qui m’a soutenu dans des moments difficiles. Il sait ce que je peux apporter à une équipe. Il m’a donné cette confiance que tous les entraîneurs m’ont donnée dans ma carrière. Mais c’est quelqu’un de spécial pour moi et envers qui j’ai beaucoup de respect. Il a eu un passage difficile à Man United. Mais il a repris Tottenham et il est en train de faire du bon travail. Je ne lui souhaite que du succès ».

Le Belge a gardé contact avec le « Special One ». « On s’envoie des messages et on s’est déjà parlé au téléphone. C’est une personne que je respecte beaucoup. Je ne lui souhaite que du succès à Tottenham. Moi, je suis bien où je suis. Pour l’instant, je profite de mes vacances avec ma famille, mes frères. Car je ne les vois pas beaucoup lorsque je suis en Chine ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La menace est bien moins grave que d’autres maladies ou d’autres risques. La grippe saisonnière contamine bien plus de Belges que le coronavirus.

    Coronavirus: la Belgique évalue et se tient prête

  2. Entre 2.000 et 3.000 bovins sont vendus chaque semaine à Ciney.

    Le plus grand marché aux bestiaux du pays menacé de fermeture

  3. Balen 8121

    Art: à la Centrale électrique, dans la tête de Roger Ballen

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Coronavirus: un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite