Le Parlement européen demande aux dirigeants de l’UE de se prononcer sur Malte

Le président du Parlement européen, David Sassoli
Le président du Parlement européen, David Sassoli - Reuters

Le Parlement européen a demandé aux chefs d’Etat et de gouvernement de se prononcer sur la situation à Malte, alors que les Vingt-sept sont réunis à Bruxelles en présence du Premier ministre maltais Joseph Muscat.

Ce dernier a annoncé au début du mois qu’il démissionnerait le 12 janvier, lors de l’élection de son successeur à la tête du Parti travailliste, ce qui signifie qu’a priori, il reste en poste jusque-là. Il cherchait ainsi à répondre à de nombreuses manifestations à La Valette à la suite d’une enquête très critiquée sur l’assassinat en 2017 de la journaliste et blogueuse Daphne Caruana Galizia, qui investiguait sur la corruption au plus haut niveau politico-économique à Malte.

L’enquête, qui est en cours, a conduit à la démission du chef de cabinet de M. Muscat et du ministre du Tourisme, Konrad Mizzi. Leurs noms étaient apparus dans la partie maltaise des Panama Papers creusée par la journaliste d’investigation.

« Préoccupés »

Le Parlement européen, lui, a mené la semaine dernière une visite à Malte. Et cette semaine, à la demande des présidents des groupes politiques de l’assemblée, son président David Sassoli a écrit au président du Conseil, Charles Michel, pour lui demander de mettre le sujet à l’ordre du jour au plus tôt.

Dans sa lettre, M. Sassoli se réfère aux députés qui se sont rendus sur place. Ces derniers se disent notamment « préoccupés » du délai annoncé par M. Muscat pour sa démission. « Nous craignons que cela ne constitue un risque grave, qu’il soit réel ou perçu, que l’enquête sur le meurtre et les enquêtes corrélées soient compromises », écrivent-ils. « Tout risque d’interférence politique ou autre doit être catégoriquement exclu », ajoutent-ils.

Le sujet doit être à nouveau abordé la semaine prochaine en séance plénière à Strasbourg, mais vu l’urgence du dossier, disent les eurodéputés, le Conseil doit adopter une position.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Rensenbrink, sourire timide et Soulier d’or 1976. @Photo News

    Avec Robbie Rensenbrink, Anderlecht dit adieu à son icône des seventies

  2. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  3. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite