«Les Sardines» se donnent rendez-vous samedi à Bruxelles pour dénoncer le populisme

«Les Sardines» se donnent rendez-vous samedi à Bruxelles pour dénoncer le populisme
EPA

Un mois jour pour jour après la naissance du mouvement spontané des Sardines à Bologne (nord de l’Italie), un rassemblement est prévu samedi à 16h00 place de l’Albertine, au pied du Mont des Arts à Bruxelles, pour protester contre « la dérive populiste de la politique italienne et la propagation des idées souverainistes et racistes au niveau européen », peut-on lire sur la page Facebook dédié au mouvement en Belgique « 6000 Sardine à Bruxelles – Il Belgio non si lega ». À Rome, une mobilisation nationale est par ailleurs attendue dont l’objectif est de rassembler plus de 100.000 personnes, soit autant que ne l’avaient fait Matteo Salvini et ses acolytes le 20 octobre dernier.

Après avoir essaimé dans plusieurs villes d’Italie – dont Turin, Milan, Palerme et Florence –, le mouvement des Sardines, non partisan et pacifique, s’étend hors des frontières de la péninsule et ambitionne de prendre d’assaut samedi plusieurs villes européennes, à l’instar de Bruxelles, Paris, Amsterdam, Londres et Berlin. En Belgique, les Sardines n’en sont pas à leur coup d’essai puisqu’une première sortie avait déjà été réalisée à Anvers début décembre, à l’occasion de la venue du leader italien d’extrême-droite Matteo Salvini. Ce dernier avait été invité par le groupe politique européen « Identité et Démocratie », dont fait également partie le Vlaams Belang.

C’est à Bruxelles que les Sardines ont choisi de se rassembler samedi afin de protester contre « la politique de la peur ». « Nous voulons nager ensemble pour promouvoir l’art, la participation et la non-violence comme antidotes au populisme : donnons libre cours à notre imagination et rendons Bruxelles joyeuse, colorée et pleine de sardines ! », annoncent les organisateurs dans leur manifeste publié sur Facebook.

Les valeurs de l’antifascisme

Le mouvement des Sardines, qui défie Matteo Salvini, est né le 14 novembre dernier sur la place centrale de Bologne (piazza maggiore), en marge d’une prise de parole de l’ex-ministre de l’Intérieur. Un flash mob (mobilisation éclair) avait rassemblé quelque 12.000 personnes, loin devant l’objectif fixé initialement qui était de dépasser numériquement le nombre de militants politiques participant au meeting de Salvini au PalaDozza, dont la capacité est de 5.700 places. Au vu du succès de foule, le nom des Sardines a été donné au mouvement, à l’image de ces petits poissons serrés les uns contre les autres dans des boîtes de conserve.

Fondé par quatre jeunes inconnus indignés par la ligne politique de Salvini, le mouvement des Sardines veut rassembler les personnes qui se reconnaissent dans les valeurs de l’antifascisme et vise à contrer le climat de division, de haine, d’agressivité et de racisme qui se répand dans toute l’Europe. Sur la page Facebook de l’événement, près de 400 personnes avaient indiqué leur intention de participer et quelque 750 autres avaient marqué leur intérêt jeudi peu avant 20h00.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Le site Immoweb accueille quotidiennement plus de 500.000 visiteurs. Il s'est offert un complet lifting début février.

    Le temps est compté pour les annonces immobilières

  3. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite