Vers une majorité absolue pour Boris Johnson: un résultat «sombre», pour la Première ministre écossaise

Vers une majorité absolue pour Boris Johnson: un résultat «sombre», pour la Première ministre écossaise
MAXPPP

La cheffe du gouvernement écossais, Nicola Sturgeon, s’est dite préoccupée jeudi soir par le résultat des élections législatives en Grande-Bretagne, dont les sondages à la sortie des urnes prédisent une victoire écrasante du parti conservateur de Boris Johnson. Le résultat est «sombre» pour le pays, a-t-elle écrit sur Twitter. Johnson a promis de sortir son pays de l’Union européenne le 31 janvier.

► Les premières estimations

Dans le même temps, Mme Sturgeon s’est réjoui de la solide performance du parti indépendantiste écossais, le SNP, qui remporterait 55 des 59 circonscriptions d’Ecosse si les sondages se confirment. Cela pourrait donner au gouvernement écossais un mandant pour un second référendum d’indépendance pour la nation la plus au nord du Royaume-Uni.

Dès la publication des premières estimations à la sortie des urnes, l’Ecosse est revenue au centre du débat. Les nationalistes écossais du SNP gagneraient 20 sièges à 55 mandats, selon le sondage de sortie des urnes. L’ancien chef adjoint du Parti national écossais Angus Robertson a déjà soulevé l’éventualité d’un second référendum sur l’indépendance, si les résultats se confirment. « Se ternir en travers du chemin, dire que vous ne pouvez pas décider de votre propre future, c’est pour les oiseaux.

Une claque pour le parti travailliste

Si les résultats des élections confirment les sondages sortis des urnes, le parti travailliste devra prendre «les décisions appropriées» à propos de l’avenir de la direction du Labour, a affirmé à la BBC le chef du cabinet fantôme de l’opposition John McDonnell. «Si cela est vrai, alors c’est extrêmement décevant.» Les sondages sortis des urnes sont extrêmement sévères pour le Labour. Le parti dirigé par Jeremy Corbyn perdrait 70 sièges et n’en remporterait que 191 à la Chambre des communes.

«Nous savions que ce serait difficile à cause du Brexit», a déclaré M. McDonnell, tout en ne voulant pas mentionner l’impopularité de Jeremy Corbyn. «Attendons. Mais nous prendrons les bonnes décisions si c’est le cas».

Interrogé sur Skynews, il estime que cette défaite est due au Brexti. «Il semble que le sujet du Brexit ait dominé, c’est en grande partie de la fatigue du Brexit. Les gens veulent en finir».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite