Rencontre avec l’extrême-droite turque: la commission de vigilance du PS se penchera sur le cas «Kir»

Emir Kir, visé par une interpellation auprès de la commission de vigilance du PS bruxellois.
Emir Kir, visé par une interpellation auprès de la commission de vigilance du PS bruxellois. - Thierry Roge

Certains membres du PS bruxellois ne sont visiblement pas enclins à fermer les yeux sur la rencontre récente entre Emir Kir et des élus locaux du MHP turc, parti classé à l’extrême-droite et cultivant par ailleurs des liens étroits avec l’organisation violente des Loups Gris, selon de nombreux observateur de la vie politique turque. Une rencontre critiquée de toute part (notamment par Ecolo ou par le site RésistanceS, présenté comme l’observateur de l’extrême-droite en Belgique) qui s’est déroulée le 4 décembre dernier à la maison communale de Saint-Josse et que le bourgmestre a, pour rappel, justifiée par le fait que les élus en question avaient également été reçus une invitation de la part des institutions européennes.

Ce matin, Jérémie Tojerow, militant et membre du PS bruxellois, a effectivement annoncé au travers d’un long message posté sur les réseaux sociaux qu’il allait saisir la commission de vigilance de la Fédération. « Ce n’est pas une décision facile et agréable, mais le refus de banaliser ou normaliser les idées et partis d’extrême-droite, tout comme le strict respect du cordon sanitaire, doivent demeurer des exigences absolues au sein de notre mouvement politique » écrit-il. « Comme de nombreux militants, il me paraît impossible de réduire cette rencontre à un simple accident de parcours ou à une erreur de jugement. En effet, Emir Kir avait notamment déjà fait état d’une rencontre avec un maire d’extrême-droite sur les réseaux sociaux en juillet 2018, évoquant “une agréable rencontre.”  »

Valeur d’avertissement

Au lendemain des faits du 4 décembre, la fédération du PS avait déclaré par voie de communiqué « ne pas cautionner » les agissements en question, appuyant l’importance de maintenir un cordon sanitaire face à l’extrême droite « d’ici ou d’ailleurs. »

Insuffisant aux yeux du militant ? Si Jérémie Tojerow nous explique vouloir se tenir aux seuls propos adressés au travers de son billet publié en ligne, le président du PS bruxellois estime quant à lui avoir envoyé un message suffisamment clair la semaine dernière. « Mon message avait valeur d’avertissement, évidemment, » nous explique Ahmed Laaouej, assurant avoir eu une discussion avec Emir Kir avant de prendre une position officielle. « J’indique clairement, à l’entame de ma présidence, que ce n’est pas faisable. »

Quoi qu’il en soit, la commission de vigilance devrait donc prochainement procéder à une audition d’Emir Kir. L’instance, composé de 15 « sages » ne détenant pas de mandat en vue d’éviter les conflits d’intérêts, vérifiera si le bourgmestre a enfreint les statuts du parti, et aura ensuite la faculté de prononcer (ou non) une sanction, pouvant aller du simple avertissement à l’exclusion, en passant par le blâme ou la suspension.

Emir Kir prêt à s’expliquer

Interrogé par Belga, Emir Kir a indiqué qu’il était disposé à donner les explications au sujet de cette rencontre à la commission de vigilance du parti, tout en insistant sur le fait qu’il n’est pas à l’origine de l’invitation des élus turcs en question. « Contrairement à ce qui a été dit, je n’ai pas lancé d’invitation pour accueillir ces bourgmestres. Mon cabinet a été contacté par l’association des Villes turques, politiquement neutre, nous informant que celle-ci se rendait au Comité des Régions de l’Union européenne pour une réunion de travail. Celle-ci a également souhaité me rencontrer » fait-il savoir.

Le bourgmestre de Saint-Josse ajoute avoir donné suite à cette requête de rencontre de la délégation dont faisaient partie six maires de communes turques. « Mais je n’ai pris aucune initiative pour rencontrer l’un ou l’autre de ceux-ci », souligne-t-il également, en rappelant que Saint-Josse est jumelée depuis 2014 avec la commune d’Eskisehir (ville du centre de la Turquie) dirigée par un maire de gauche, depuis une dizaine d’années.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous