Karim Belhocine, l’entraîneur du Sporting de Charleroi: «Le Cercle de Bruges ne mérite pas d’être dernier»

Karim Belhocine se méfie de la lanterne rouge.
Karim Belhocine se méfie de la lanterne rouge. - Belga

Le Sporting de Charleroi ne peut pas se louper, ce samedi face au CS Bruges. Mais comme souvent lorsqu’il affronte un mal classé, Karim Belhocine fait montre d’une vigilance redoublée. « Tout d’abord, le Cercle ne mérite pas d’être dernier. Et si l’on prend en compte les six derniers matches disputés, on peut même parler d’une équipe en forme. Le Standard a d’ailleurs eu beaucoup de mal face à cette formation, Genk aussi. Les Brugeois vont nous donner du fil à retordre et il nous faudra être à 100 % pour l’emporter à domicile. C’est mon rôle de le rappeler aux joueurs mais ils sont assez matures pour le savoir d’eux-mêmes. Le Cercle se devra d’être à fond parce qu’il joue sa survie mais nous aussi, parce que nous avons des objectifs… »

Le 20 sur 24 que viennent de réaliser les Zèbres, en plus de leur qualification pour les quarts de finale de la Coupe au détriment de Gand, place plus que jamais le Sporting parmi les équipes en forme du championnat, même s’ils ont laissé de l’énergie dans l’aventure, comme on a notamment pu l’observer en fin de rencontre à Anderlecht. « Mais c’est normal d’avoir observé cela. On venait de jouer trois matches en huit jours et c’est peut-être un élément qui a compté sur la fin de match, mais pas que… »

Groupe presque au complet

Cet aspect aura encore son importance dans les jours à venir puisque les hommes de « KB » vont désormais devoir disputer quatre rencontres en quatorze jours. « Je ne veux pas encore trop me projeter par rapport à ça. La priorité, c’est le match de ce samedi. Ensuite, on verra. Si on se projette trop loin et qu’on essaie d’être trop dans la gestion, c’est la meilleure façon de se planter. »

Par ailleurs, hormis les blessés connus que sont Diandy (ligaments croisés) et Delfi (genou), Karim Belhocine dispose d’un noyau pléthorique à l’approche du match à venir. Seul Dessoleil, malade, est quelque peu incertain.

La sélection

21 joueurs : Penneteau, Descamps, Imbrechts, Busi, Marinos, Zajkov, Diagne, Dessoleil (?), Willems, Núrio, Ilaimaharitra, Morioka, Hendrickx, Saglik, Gholizadeh, Bruno, Henen, Fall, Nkuba, Rezaei, Nicholson, Tsadjout.

Blessés : Diandy, Delfi.

Non repris : Mandanda, Keita, Niane.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Tenues de protection et masques faciaux de rigueur pour les participants au carnaval de Venise, où toutes les festivités ont été annulées à partir de ce dimanche.

    Coronavirus: l’Italie sous cloche pour contenir l’épidémie

  3. Bernie Sanders embrasse son épouse Jane après son triomphe dans le Nevada
: «
Laiisez-moi vous présenter la prochaine Première Dame des Etats-Unis
!
»

    Etats-Unis: Bernie Sanders s’avance en grand favori vers le «Super Tuesday»

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite