Le sultan d’Oman a quitté Louvain

Le sultan d’Oman a quitté Louvain
Reuters

Le sultan d’Oman a quitté Louvain vendredi, ont annoncé la police locale et le bourgmestre Mohamed Ridouani (SP.A). Son traitement à l’UZ Leuven a été arrêté, selon l’établissement hospitalier.

Le sultan Qabous, 79 ans, était arrivé à Louvain à la fin de la semaine dernière pour un traitement médical à l’hôpital universitaire de Gasthuisberg. Il souffre d’un cancer de l’intestin. Le traitement devait durer jusqu’à la fin du mois de janvier mais le sultan a quitté l’hôpital au bout de cinq jours et est reparti dans son pays d’origine. La prise en charge médicale a été arrêtée d’un commun accord entre l’hôpital et la délégation omanaise. Cette dernière a par ailleurs exprimé sa gratitude à l’égard du service.

L’UZ Leuven a fait savoir qu’elle avait pris toutes les mesures habituelles pour l’hospitalisation d’un chef d’État. Les soins se sont normalement poursuivis pour les patients et le traitement du sultan n’a eu aucune influence sur la routine quotidienne à l’hôpital. Aucun service hospitalier n’a été fermé à cette occasion. «Vendredi matin, nous avons escorté le sultan à l’aéroport de Zaventem», a dit Marc Vranckx de la police de Louvain. «Avant son départ, il a exprimé sa gratitude», explique Mohamed Ridouani.

Le sultan et sa suite de 65 personnes avaient loué l’hôtel The Fourth sur le Grote Markt pendant deux mois.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ER5irEcXYAEzIFh

    Polanski primé, Adèle Haenel quitte la salle: le cinéma français déchiré aux César 2020

  2. CHINA-HEALTH_JAPAN

    Comment le coronavirus bouleverse la planète

  3. La consultation et la participation des citoyens aux projets sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone en 2050 selon les experts.

    «2050, Bruxelles en mieux»: des idées qui germent dès aujourd’hui

La chronique
  • Elections municipales: en France, dernier arrêt avant l’irréparable

    Dans quinze jours, les Français se rendront aux urnes pour élire leurs maires. Une simple élection locale ? C’est ce que tentent toujours de faire croire les pouvoirs en place lorsqu’ils sont en difficulté.

    Test majeur

    Emmanuel Macron ne fait pas exception. Mais à qui fera-t-il avaler qu’il ne se préoccupe pas de ce test majeur à deux ans d’une présidentielle qui sera celle de tous les dangers ? L’affaire...

    Lire la suite