Accueil Société

Bataille des Ardennes: Peiper, le bourreau des GI’S, bénéficia d’une clémence inattendue

Au lendemain de la guerre, il s’agit de traquer les criminels qui semèrent la mort dans les villages et les campagnes ardennaises. Peiper, jugé coupable du massacre de Baugnez, bénéficie d’une étonnante réduction de peine.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Lorsque le 16 mai 1946 s’ouvre à Dachau le procès du massacre de Baugnez (Malmédy) et des autres exactions commises par les SS en Belgique, l’espoir des familles de voir condamner pour crimes de guerre les bourreaux nazis de près de 300 militaires américains et d’une centaine de civils belges exécutés lors de la bataille des Ardennes est grand. Trop grand sans doute en regard de la précipitation qui prévaut en cette année d’immédiate après-guerre qui entend purger symboliquement sous l’œil de Thémis la dénazification de l’Allemagne vaincue.

Parmi les 74 accusés qui comparaissent affublés d’une pancarte portant un numéro figurent le général Sepp Dietrich et son adjoint le lieutenant-colonel Joachim Peiper, étiqueté sou le nº42, qui répondent notamment du massacre de 83 prisonniers de guerre américains à Baugnez. Porteur de la plaque numérotée 31, figure aussi Gustav Knittel, l’initiateur présumé des massacres de Stavelot, de Renardmont et de Parfondruy.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs