Climat: «Les adultes se comportent comme s’il n’y avait pas de lendemain», regrette Greta Thunberg

Greta Thunber à Turin
Greta Thunber à Turin - Photo News

La jeune militante écologique Greta Thunberg a fustigé vendredi à Turin (Italie) les leaders mondiaux agissant « comme s’il n’y avait pas de lendemain », et appelé les jeunes à considérer 2020 comme « l’année de l’action » qui marquera le début d’une décennie de combat.

>> Moquée par Donald Trump, Greta Thunberg répond avec humour

« Dans moins de trois semaines, nous entrerons dans une nouvelle décennie, une décennie qui va définir notre avenir », a-t-elle lancé devant une foule de lycéens et étudiants, venue soutenir la Marche pour le climat (Friday for Future) organisée à Turin, dans le nord-ouest de l’Italie, sur une place battue par la neige et le vent.

À propos des responsables réunis pour la Conférence sur le changement climatique COP25 à Madrid, elle a estimé qu’ils « essayent encore de fuir leurs responsabilités ». « Ce n’est pas juste que les vieilles générations transfèrent la responsabilité de résoudre la crise aux jeunes qui ne sont pas à l’origine de cette situation », a-t-elle ajouté. « Les adultes se comportent comme s’il n’y avait pas de lendemain », a-t-elle dénoncé, soulignant que les jeunes ne peuvent « plus considérer l’avenir comme une certitude ».

Pressentie un moment pour le prix Nobel de la paix, Greta Thunberg, 16 ans, est devenue mercredi la plus jeune « personnalité de l’année » du magazine Time, pour sa capacité à mobiliser des millions de personnes à travers le monde autour de la bataille pour l’environnement. Jamais le magazine américain n’avait honoré quelqu’un d’aussi jeune.

Depuis qu’elle a commencé en août 2018 à faire grève, seule, tous les vendredis devant le Parlement suédois, elle a inspiré des foules croissantes de jeunes et de moins jeunes, prêts à manifester tous les vendredis dans le cadre des #FridaysForFuture pour réclamer aux dirigeants politiques de prendre des mesures radicales pour limiter la crise climatique et environnementale.

Cette semaine à Madrid, durant la COP25, elle a dénoncé une fois encore le manque de leadership des dirigeants mondiaux, qui tardent à accoucher d’engagements efficaces pour réduire les émissions polluantes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous