Vincent Kompany et Nacer Chadli disputeront-ils le Clasico? La décision sera prise dimanche

Chadli.
Chadli. - PhotoNews

Peu enclin à évoquer la lettre ouverte aux supporters anderlechtois de la veille qu’il soutient à 100 % puisque son nom est mentionné chez les signataires, Franky Vercauteren a d’autres chats à fouetter d’ici le début du Clasico dimanche après-midi.

Dont deux cas bien spécifiques : ceux de Vincent Kompany et de Nacer Chadli. Une double question taraudera l’esprit du T1 anderlechtois jusqu’au coup d’envoi ou presque : doit-il aligner Kompany en défense centrale et Chadli sur le flanc gauche face au Standard ? « On ne sait pas encore ce qu’on va faire avec eux », a indiqué Vercauteren en conférence de presse vendredi. « Ils ont fait une partie de l’entraînement avec nous et le reste de la séance de manière plus contrôlée. Il faudra voir dans quelle mesure ils sont prêts à jouer parce qu’on ne veut surtout pas de plus grand problème. Il faudra donc voir si cela vaut la peine de prendre le risque de les aligner. »

Vers la même défense ?

Concernant Chadli, qui serait remplacé par Francis Amuzu en cas de forfait du Liégeois, sa douleur au mollet est scrutée au jour le jour depuis un peu plus d’une semaine par le staff médical. L’espoir de le voir sur la pelouse est sans doute plus élevé que concernant Vincent Kompany. « On a dû freiner Vincent ce vendredi », a précisé Vercauteren. « Son processus de guérison a été plus rapide que prévu. Je ne m’attendais pas à le voir avec nous cette semaine mais plutôt la semaine suivante. »

S’il est finalement décidé de ne pas relancer le Diable rouge à Sclessin et de le préserver pour la venue de Bruges dans le cadre du quart de finale de Coupe de Belgique jeudi soir, Franky Vercauteren devrait aligner la même défense que face à Charleroi à savoir, de gauche à droite, le quatuor Sardella-Cobbaut-Kana-Luckassen. Soit avec trois joueurs dont ce serait le premier Clasico en bord de Meuse face à une formation dont l’entraîneur du Sporting se méfie évidemment.

Et ce même si le Standard a subi un coup au moral jeudi soir suite à son élimination en Europa League alors qu’il était si proche des seizièmes de finale. « Quand une équipe prend un coup sur la tête, elle est capable de réagir et je pense que le Standard est dans ce cas-là », a prévenu le coach bruxellois.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous