Paul De Grauwe, économiste: «Dans le confédéralisme de la N-VA, la Wallonie finirait aussi endettée que la Grèce»

É conomiste à la London School of Economics, Paul De Grauwe, est l’invité du Grand Oral RTBF/Le Soir ce samedi 14 décembre sur La Première et ce dimanche 15 décembre sur La Trois. Au menu : les élections au Royaume-Uni, le Green Deal européen et la situation de l’Etat fédéral belge.

C’est d’ailleurs au cœur de ce dernier point que nous abordons un sujet bien étudié par Paul De Grauwe : le confédéralisme voulu par les nationalistes flamands de la N-VA. Un projet qui serait loin de profiter à la Région wallonne. Il explique : « La dette fédérale serait transmise pendant 25 ans aux deux régions. Tous les revenus TVA seront employés pour diminuer la dette au niveau fédéral. Mais comme aujourd’hui, cette TVA est transférée en fonction de la population, la Wallonie y perdrait énormément ».

Tant et si bien, selon l’économiste, que la Wallonie tomberait dans une précarité très préoccupante. « Je n’ai pas encore fait le calcul, mais je vois que le problème sera énorme pour la Wallonie. Sa dette par rapport au PIB prendrait des proportions telles qu’on les a vues en Grèce ».

« Le capitalisme sera sauvé par de l’investissement public productif »

Vient ensuite la situation économique et l’absurdité apparente de certaines démarches à l’échelon européen : rachat massif de dettes, taux zéro, etc. Paul De Grauwe le concède, ça parait anormal. « Mais pourquoi en sommes-nous là ? », interroge-t-il. « A cause du manque de confiance en l’avenir. Quand il n’y a pas de confiance, les consommateurs épargnent et dans nos pays, cela fait longtemps qu’il y a un grand décalage entre l’épargne et les investissements. Aujourd’hui, les taux d’intérêt sont même à 0 %. La BCE ne peut plus rien faire ».

Pour sortir de ce cercle vicieux, Paul De Grauw promeut l’investissement public. « Le Green deal va en ce sens. Maintenant, l’Union européenne et la commission doivent permettre aux gouvernements de s’endetter pour investir. D’une certaine manière, cela signifie que le capitalisme sera sauvé par de l’investissement public productif. C’est comme cela qu’on s’enrichit ».

Paul De Grauw était interrogé par Bertrand Henne, Jean-Pierre Jacqmin et Béatrice Delvaux.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Répondre au populisme?

    Ce début du XXIe siècle est marqué en Occident par le retour du populisme. Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, Orban en Hongrie, le Vlaams Belang en Belgique…, la liste est longue de ces leaders ou partis qui en appellent à la souveraineté du peuple pour s’affranchir des règles et des institutions, promouvoir un projet qui se dégage des cadres et des valeurs de l’Etat de droit. Ce constat soulève régulièrement une double question : faut-il discuter avec ceux et celles qui défendent un projet dangereux pour la démocratie ? Si oui, quelle stratégie adopter pour contrer un discours qui connaît un succès certain, parce qu’il vise cette part sombre que nous avons chacun en nous ?

    Faut-il répondre au populisme ?

    Faut-il débattre avec les populistes ? En Belgique, cette question se traduit ces derniers temps par « faut-il débattre avec l’extrême droite »...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite