Accueil Monde Union européenne

Charles Michel sur le Brexit: «Il n’y aura pas de 2e chance, c’est maintenant ou jamais»

Même si des progrès ont été enregistrés, l’accord n’est pas encore en vue pour éloigner la perspective d’une sortie du Royaume-Uni de l’UE. David Cameron a par ailleurs indiqué que les négociations se poursuivront vendredi soir.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Des progrès ont été enregistrés la nuit dernière dans les négociations pour arriver à un accord permettant d’éloigner la perspective d’une sortie du Royaume-Uni de l’UE, «  mais on n’y est pas encore  », a déclaré vendredi le Premier ministre belge Charles Michel à son arrivée au deuxième jour de sommet. «  Il n’y aura pas de deuxième chance, c’est maintenant ou jamais  », a-t-il prévenu.

«  Il y a la volonté de mettre à plat les relations entre le Royaume-Uni et l’Europe  », notamment sur les plans de la sécurité ou de l’économie, a affirmé le Premier ministre. «  Nous devons conclure maintenant. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Guy LAMBERT, vendredi 19 février 2016, 17:38

    Si Mr Michel croit rassurer en parlant d'auto-destruction en cas de Brexit, ce n'est pas le cas. L'erreur fondamentale est d'avoir accepté de discuter de "moins d'Europe", de complexification à outrance par individualisme patriotique, par soumission à chantage. La brèche est ouverte et rien n'empêchera plus aux égoïsmes nationaux et eurosceptiques de s"y engouffre. Si on refuse de leur céder, ils sauront se positionner en victimes. Le mal est fait. Gouverner, c'est prévoir pourtant.

Aussi en Union Européenne

Espagne: le Premier ministre visé par une autre lettre piégée la semaine dernière

Un employé de l’ambassade d’Ukraine à Madrid a été légèrement blessé mercredi par une « déflagration » survenue alors qu’il « manipulait une lettre » au sein de l’ambassade, a indiqué une source policière. Jeudi, les autorités ont annoncés qu’une autre lettre avait été adressée au Premier ministre Pedro Sanchez.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs