Israël salue le retrait du carnaval d’Alost de la liste de l’Unesco

Israël salue le retrait du carnaval d’Alost de la liste de l’Unesco

Le chef de la diplomatie israélienne Israel Katz a salué samedi la décision de l’Unesco de retirer le carnaval belge d’Alost, accusé d’antisémitisme, de sa liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Il a appelé le gouvernement belge à hausser le ton contre le carnaval, après la présence, lors de la dernière édition en mars, d’un char caricaturant des juifs orthodoxes aux nez crochus, assis sur des sacs d’or.

« Je salue la décision morale et basée sur des principes de retirer le carnaval d’Alost de la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco », a indiqué M. Katz dans un communiqué. « Au XXIe siècle, alors que l’antisémitisme montre de nouveau son laid visage, il ne peut y avoir aucune tolérance pour ce phénomène hideux », a-t-il ajouté. « Nous attendons du gouvernement belge qu’il se prononce clairement (…) contre l’inclusion de supports antisémites pendant le carnaval ».

Inscrit en 2010 sur la liste de l’Unesco, le carnaval d’Alost en a été retiré vendredi lors d’une réunion de l’organisation à Bogota, en Colombie.

« L’Unesco est fidèle à ses principes fondateurs de dignité, d’égalité et de respect mutuel entre les peuples et condamne toute forme de racisme, d’antisémitisme et de xénophobie », a affirmé l’organisation en annonçant sa décision.

Le carnaval d’Alost a été retiré de la liste du patrimoine culturel immatériel à la demande du bourgmestre de la Ville.

Cette décision intervient quelques jours après que l’Ommegang, la procession, qui prend place chaque mois de juillet sur la Grand-Place de Bruxelles, a été inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM ROYALS PATERNITY TRIAL

    À avoir trop de pères, Delphine Boël n’en a eu aucun

  2. Selon son avocat M
e
 Marc Uyttendaele, «
la souffrance de Delphine Boël est toujours là.
»

    Affaire Delphine Boël: la justice et l’ADN ont eu raison du déni d’Albert II

  3. Les dépenses en soins de santé vont augmenter, en raison des coûts technologiques.

    Manifestation nationale: des experts plaident pour refinancer la Sécurité sociale

La chronique
  • Lettre du Brexit: Cela fait bizarre d’écouter un opéra sans voix

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite